Pour une commune réellement zéro phytosanitaire

 

Sainte Foy A VENIR a proposé un vœu au sujet de l’épandage de Glyphosate qui a eu lieu en juillet dernier  sur le terrain de sport du Plan du  Loup.

Ce vœu permettait de revenir sur cette question. Notre commune, déclarée Zéro Phyto, a laissé l’entreprise, qui a réalisé les travaux sur le terrain de Plan du Loup, épandre un mélange de glyphosate et médiator vert, sans information aux riverains , sans fermeture du lieu, sans respect de la proximité des habitations, sans mesure de protection par rapport à l’écoulement des eaux….

Notre vœu s’appuyait sur le principe de précaution, la qualité des sols, de l’eau et la préservation de la biodiversité en demandant que notre commune s’associe à  d’autres communes dont les maires ont pris des arrêtés d’interdiction du glyphosate, et que les marchés publics et les conventions avec les associations intègrent le Zéro  Phyto.

Le groupe majoritaire a posé un vœu pour demander à l’État de changer la loi.

Vous pouvez lire les deux vœux en cliquant sur les liens :

Vœu adressé à Madame le Maire et défendu  par les élus de SFAV au Conseil Municipal du 3 octobre 2019.

Vœu proposé par l’équipe majoritaire lors de ce même Conseil

Par  contre le traitement de ces deux vœux par  Mme le Maire montre combien la majorité est aux abois. En effet celui de la  majorité a été soumis au vote. Par contre Mme le Maire a refusé de soumettre au vote celui de Sainte Foy A VENIR.

Une  inégalité de traitement, un accroc à un  fonctionnement démocratique minimal.

Pour nous il ne suffira pas de renvoyer à d’autres, à l’État…. La commune, à son niveau, doit prendre ses responsabilités et, au travers du pouvoir de police du Maire, doit se positionner pour protéger la santé des habitants, la qualité des sols, de l’eau. De la même manière elle doit intégrer le Zéro Phyto dans tous ses marchés publics et dans les conventions qu’elle signe avec les associations. Ce sont des actions possibles localement qui feraient évoluer les comportements et feraient pression pour que les choses changent à d’autres niveaux, notamment à celui de l’État.

Monique Cosson, présidente de SFAV

 

Facebook Twitter Linkedin Pinterest Email

6 réflexions sur « Pour une commune réellement zéro phytosanitaire »

  1. Bonjour,

    « Une inégalité de traitement, un accroc à un fonctionnement démocratique minimal. »

    Arrêtez de dire des bêtises. Votre vœu est illégale et la Préfecture a été consultée sur la légalité de votre initiative. Le vœu n’a pas été voté ni à Lyon ni à la métropole (majorité verte/rose/centre)

    Selon vous c’est le rôle d’un Conseil Municipal que de voter des initiatives illégales?

    1. Je trouve surprenant que la maire de la ville consulte la préfecture pour une décision (initiative ?) qui ne dépend que d’elle et du conseil municipal. Que la préfecture valide ou non dans un second temps c’est une autre question… Mais de là à prendre les ordres, le petit doigt sur la couture caractérise et montre parfaitement la frilosité d’initiative, l’absence d’imagination et le désert intellectuel qui bloquent toute évolution vers le bon sens et le respect des citoyens.

      Nous sommes pourtant (si j’ai bonne mémoire) sur un engagement de la précédente campagne (une ville 0% glyphosate)… Hélas, la maire sortante et son équipe doivent certainement être trop conservatrices pour s’affranchir, à notre humble et modeste niveau, des vieux schémas qui les paralysent et les empêchent de travailler sur les problématiques vertes du 21e siècle.

    2. Ce vœu n’est pas illégal, puisque ça ne pourrait être que la justice qui prononce l’illégalité.
      Il aurait été refusé par la préfecture, c’est une nuance importante.
      D’autre part la légalité à un moment donné peut très bien évoluer et changer dans le temps.
      Ce sont bien des actions réputées illégales qui ont fait évoluer la loi :
      Le manifeste des 360 qui ont assumé de dire qu’elles avaient avorté, le fauchage d’OGM, la reconnaissance des maladies liées à l’amiante avec la jurisprudence……
      De nombreuses lois sont advenues parce que des lanceurs d’alerte, des citoyennes ou citoyens convaincus de la justesse de leur combat, les ont menés sans s’arrêter à la légalité existante.
      Les maires qui prennent des arrêtes anti pesticides, anti glyphosate, ne subissent pas la situation, ils anticipent l’avenir en agissant pour faire évoluer la loi.
      Leurs convictions sont plus importantes, que les risques qu’ils prennent.
      Cordialement

    3. Les Trolls sont déjà de sortie ? C’est un peu tôt pour la saison 🙂

      Vous devriez bannir les colporteurs de désinformation.

  2. Ce n’est pas le bon voeu dans votre lien… Il y a deux vœux de la majorité :
    1/ Pour la police
    2/ contre le glyphosate

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.