Archives pour l'étiquette Grand Lyon

SAINTE FOY A VENIR contribue à la construction du PLU-H

Contribution de Sainte Foy A VENIR

A l’enquête publique sur le PLU-H

Association municipale avec 3 élus au Conseil Municipal

  • La préservation des espaces naturels et agricoles sur la Métropole : nous approuvons cette proposition qui garantit la pérennité de la ceinture verte de notre commune et la continuité des trames vertes et bleues sur le territoire de la Métropole. Cette orientation respecte les préconisations du SCOT (Schéma d’Organisation Territorial) qui prévoyaient le maintien sur son périmètre de 50% d’ espaces naturels et agricoles et sur la Métropole le respect de l’équilibre entre urbanisation et espaces naturels et agricoles (60% d’urbanisation et 40% d’espaces naturels et agricoles)

  • Une organisation multipolaire du territoire en bassins de vie qui correspond à une volonté de décentraliser les activités, les services, les emplois au sein de la Métropole en lien avec les déplacements.

A ce sujet nous avons deux remarques :

1 – Au sein de la conférence des Maires Lônes et Coteaux du Lyonnais à laquelle notre commune appartient, devrait se discuter et s’élaborer les propositions concrètes concernant les besoins de services et services publics, de commerces, d’emplois, leur localisation, associées aux déplacements en transports collectifs. Notre constat actuel est que cette instance n’a, pour l’instant, ni été active, ni été dans une dynamique de propositions. Chaque commune reste trop cantonnée à sa seule logique, alors qu’une vision partagée permettrait de porter des projets pour le bassin de vie. Nous proposons que la Métropole avec les communes concernées envisage un appui méthodologique pour faire émerger cette dynamique de bassin de vie annoncée.

2 – En ce qui concerne plus précisément la commune de Sainte-Foy-Lès-Lyon, il nous parait important de privilégier le commerce et les services de proximité dans les différents quartiers qui répondent mieux aux besoins d’une population vieillissante, de favoriser l’installation d’artisans et d’inciter des implantations économiques innovantes du point de vue social et environnemental (SCOP, insertion…)

  • Construire 150 000 logements sur la Métropole pour répondre à l’augmentation naturelle (1%), à l’arrivée de nouvelles populations et à la décohabitation des familles, en construisant la ville sur la ville, en densifiant pour éviter l’étalement de la ville et la disparition des espaces naturels et agricoles (l’équivalent d’1 département disparait tous les 7 ans).

A Ste Foy, le PLU-H fidésien propose une densification sur 3 axes : Rue Commandant Charcot le long de l’axe A2 prévu au PDU depuis 1995/ les avenues 11 novembre Jarrosson et Foch qui relient la partie qui jouxte le 5ème arrondissement et le centre de la commune/ Chemin Croix Pivort en direction d’Oullins, avec des immeubles rez-de-chaussée + 3 étages (R+3)

Nous pensons que la limitation à R+3 sur l’ensemble de ces axes, alors que la commune manque de foncier disponible et se doit de préserver la ceinture verte, est une vision restrictive et ne remplira pas les deux objectifs indispensables du PLU-H qui sont :

  • Etre partie prenante dans la construction des 150 000 logements nécessaire sur la Métropole dont 12 000 à l’ouest. De ce point de vue certains axes de densification pourrait aller jusqu’à R+5/6 dans les quartiers où il y a déjà des immeubles, avec éventuellement des formules en cascade, et différentes hauteurs en dégradé.

  • Rattraper le déficit de la commune en logements sociaux, donc répondre aux besoins de logements pour tous les budgets des ménages. Le manque de Logements sociaux (1250 existants pour 2500 nécessaires) est une carence récurrente sur Sainte Foy. Ça devrait être une priorité au travers du PLU-H et pourtant cet objectif n’apparait qu’en 3ème point des orientations sur le logement.

  • Urbaniser le long des lignes fortes de Transports en Commun (constructions dans le quartier Chantegrillet le long de la ligne forte C20 future ligne A2) et développement des modes doux. Il y a encore du travail pour relier urbanisation et offre de transports collectifs, aménagements pour les déplacements piéton et cyclable. Nous insistons sur l’objectif de faire baisser l’utilisation de la voiture pour des trajets de moins de 4 km qui restent encore très nombreux sur la commune. Sainte Foy est parmi les communes où il y a le plus de voitures par ménages.

Nous ajoutons d’autre part que la commune et le secteur de l’ouest lyonnais (à part Oullins) manque de lignes fortes de transport public. Nous l’avons déjà fait remarquer lors de l’enquête publique sur le PDU et le rappelons dans cette contribution

Un oubli important dans ce PDU : le transport par câble, alors que cette infrastructure, entre Confluence/Perrache et Francheville, entre Sainte Foy et Oullins par la Mulatière, serait une réponse de transport structurant, moins coûteux, plus économe en énergie, rapide et régulier pour les communes de l’ouest ; communes oubliées en TC structurants. Ce transport par câble en connexion avec le Tram-Train à Francheville, le métro à Oullins et le pôle multi modal de Perrache serait une alternative qui modifierait fortement les habitudes de déplacements, et permettrait un report vers les transports publics.

Nous approuvons les orientations générales du PDU qui vont dans le bon sens. Mais pour le secteur de l’ouest, il manque des réponses adaptées, qui permettraient de faire baisser l’utilisation de la voiture au profit des autres modes de déplacements.

Facebook Twitter Linkedin Pinterest Email

Isabelle Piot, Responsable service culture et vie associative et Socialiste, troisième de la liste SainteFoyÀVENIR

Isabelle Piot

« Habitante de Sainte-Foy-lès-Lyon depuis 22 ans dans le quartier de La Plaine. Mes deux filles ont grandi dans ce quartier. Je suis allée à l’école publique du quartier et  je me suis naturellement et logiquement impliquée dans une fédération de parents d’élèves, la FCPE.  

Je travaille dans une commune du Grand Lyon , comme cadre dans la fonction publique territoriale dans le secteur culturel depuis maintenant  8 ans après  un parcours professionnel dans le secteur associatif  et  de l’économie sociale et solidaire au niveau régional. 

J’ai ainsi travaillé  dans  différents domaines tels que l’animation locale, la culture, l’emploi , la formation et l’insertion professionnelle, la lutte contre les discriminations, et le développement local. Si je devais définir mon métier, je dirais que c’est celui du développement local et du développement du territoire. 

Mon expérience dans une collectivité locale  me  donne une bonne connaissance de l’action publique locale ce qui me semble être un atout pour s’engager dans une fonction élective municipale.

Dès mon arrivée à Sainte-Foy-lès-Lyon j’ai rejoint la section du Parti Socialiste pour poursuivre l’engagement politique que j’ai pris il y a une trentaine d’années et  m’impliquer dans la vie  communale. Fidésienne.  Secrétaire de section durant  une dizaine d’années à Sainte-Foy-lès-Lyon, j’ai participé à de nombreuses campagnes électorales ; ce sont des temps privilégiés pour faire valoir ses idées et ses propositions. L’engagement dans cette campagne municipale de 2014 s’inscrit donc dans la continuité de mes engagements politiques et associatifs. 

Pourquoi candidater maintenant ?
Actuellement, je suis disponible intellectuellement, familialement, et professionnellement.

Ce qui m’a conduit à m’investir dans la campagne municipale sur la liste SainteFoyÀVENIR c’est la dynamique du travail collaboratif avec des partenaires politiques et des personnes engagées dans la vie locale de Sainte-Foy-lès-Lyon les Lyon avec qui je partage les mêmes valeurs de solidarité, de tolérance, de respect des personnes et de richesse dans les différences, de probité et de démocratie.

Ce travail préalable de plus de six mois a permis de préciser nos positionnements, les priorités que nous souhaitions défendre durant cette campagne et durant le mandat à venir. Nous avons créé le cadre, les conditions du travail commun et les moyens d’arbitrages.

Cette ambition partagée a permis de poser des bases de fonctionnement basées sur la transparence, la loyauté, l’argumentation, le consensus. 

Le caractère innovant de cette démarche, qui a conduit à  un processus de désignation interne de la tête de la liste au sein de l’association SainteFoyÀVENIR démontre que l’ambition réside dans un autre mode de gouvernance de la Ville de Sainte-Foy-lès-Lyon. Dans d’autres modes de travail faisant appel au débat d’idées, à la participation,  à la collaboration.

Le meilleur moyen de le démontrer est d’appliquer à soi-même les principes que l’on défend : « Allier démocratie participative et démocratie représentative ». 

Cela augure d’un mode de fonctionnement ultérieur que je souhaite poursuivre  au sein de la liste et au sein de l’équipe municipale future si nous sommes élus.

C’est la force des engagements pris,  négociés entre partenaires, explicités aux habitants, tenus et évalués. C’est dans ce sens que les scrutins des 23 mars et 30 mars prochains nous montreront si nous avons su vous faire partager la force de nos convictions, de nos engagements  et du renouvellement des pratiques politiques. 

Je m’inscris résolument dans cette démarche ouverte, collaborative et participative  qui me semble être le seul gage d’une gestion renouvelée, dynamique, ancrée sur le territoire d’une collectivité locale. Mon ambition est de m’engager dans un mandat  d’élue  pour défendre des idées et pour développer une vision politique de l’évolution de la Ville de Sainte-Foy-lès-Lyon : une ville éducatrice développant plus de justice sociale, une ville accessible et ouverte. 

Cela exigera de définir des priorités dans l’action publique  locale : elles sont clairement exposées dans notre programme . « Définir des priorités, c’est donner du sens ». »

Isabelle Piot 

Facebook Twitter Linkedin Pinterest Email

Philippe Tiberghien, Ingénieur chimiste retraité, Socialiste, vingt-deuxième sur la liste SainteFoyÀVENIR

Philippe Tiberghien 22e sur la liste SainteFoyÀVENIR

« J’habite Sainte-Foy-lès-Lyon depuis 1988.

Des 34 ans passés dans l’industrie chimique en France et à l’étranger, j’ai gardé une certaine rigueur et une curiosité pour le progrès scientifique et les questions d’environnement.

J’ai ensuite passé six ans au Rectorat de Lyon pour développer les relations écoles-entreprises où j’ai appris (un peu) le fonctionnement de l’administration et participé à l’ouverture de l’Éducation nationale vers le monde économique.

J’ai également pris des engagements associatifs à Lyon :

15 ans dans une association qui a expérimenté et permis la mise en place du Service civique en France. Aujourd’hui, 30 000 jeunes sont engagés dans cette démarche.

Trois ans dans une association d’hébergement de personnes en grande précarité.

Ces activités associatives m’ont montré la fantastique envie de la jeunesse de s’engager pour le bien commun, envie qu’il faut à tout prix encourager.

Elles m’ont montré également le dramatique déficit de logements de l’agglomération avec tout ce que cela entraine : cout du logement prohibitif, nombre croissant de « sans abris ».

Ce qui me motive dans l’équipe de SainteFoyÀVENIR :

Une démarche participative active qui s’est imposée dès le départ (et non un rassemblement derrière un « sachant ») qui devra se pratiquer à tous les échelons municipaux.

Une possibilité d’agir sur l’application de la loi SRU à Sainte-Foy-lès-Lyon pour passer du misérable 12 % de logements sociaux au 23 %, moyenne actuelle du Grand Lyon.

Une possibilité de participer à la construction de la Métropole Lyonnaise qui permettra de fusionner l’urbain (compétence de l’agglomération) et l’humain (Compétence du Conseil Général) tout en faisant à terme des économies. »

Philippe Tiberghien

Facebook Twitter Linkedin Pinterest Email

5. Un budget équilibré au service de tous

Nos engagements
pour sainte-foy-lès-lyon
solidaire et
citoyen 
5.  
Un budget équilibré
au service de tous

L’excès de prudence de la municipalité sortante est patent. Au lieu d’utiliser une partie de l’importante capacité d’autofinancement de la commune pour couvrir des besoins prioritaires des Fidésien-ne-s, elle préfère remplir année après année son bas de laine, tout en maintenant une pression fiscale parmi les plus élevées. En toute logique, un telle politique d’immobilisme aurait dû avoir pour corollaire une baisse des impôts.

 • Parce que nous voulons sortir de cet immobilisme, nous proposons de maintenir ce niveau historique d’imposition, mais d’utiliser une partie raisonnable de l’excédent de fonctionnement pour assurer de nouveaux services aux Fidésien-ne-s, en proposant à ceux-ci de participer au débat sur les choix et les nouvelles priorités à financer.

Tout en nous engageant sur un maintien des niveaux d’imposition, nous rétablirons une meilleure justice fiscale en assurant un rééquilibrage entre la taxe d’habitation (TH) et la taxe foncière (TFB). La TH de la commune est aujourd’hui anormalement élevée par rapport aux communes équivalentes  alors que la TFB est au contraire plus basse, pénalisant ainsi les locataires les plus défavorisés.


Pour faire face aux réductions de dotations et subventions de l’État, engageons des actions dans trois directions : 

1.  
Amélioration de l’efficacité énergétique des bâtiments communaux (mairie, écoles, espaces culturels et sociaux…) permettant de diminuer sensiblement le coût et faire baisser la consommation d’énergie.

2.
Soutien actif aux opérations de revalorisation des bases d’imposition pour que les nombreuses réhabilitations dans le Centre soient prises en compte.

3.
Recherche des ressources nouvelles en mobilisant des outils de nos partenaires et la mutualisation d’équipements, avec les communes limitrophes, le Grand Lyon, la Région, l’État, l’Europe, les réseaux associatifs et bancaires.

• Nous engagerons une révision de la politique de délégation de service de la restauration collective qui permettra la qualité dans l’assiette (circuits courts et bio), développement de l’agriculture locale, l’accompagnement éducatif…

 • Nous introduirons des clauses sociales et environnementales dans les marchés publics.

Isabelle PIOT et Monique Cosson

Facebook Twitter Linkedin Pinterest Email