NOURRIR les élèves de nos écoles : première préoccupation de santé publique pour les communes.

Il y a une semaine, l’affaire des “menus sans viande” de la ville de Lyon a déchaîné dans les médias des réactions hystériques, qui, si elles signalaient l’approche de la campagne présidentielle, n’en comportaient pas moins leur lot de bêtises et de contre-vérités. Au-delà des passes d’armes, rappelons ici simplement quelques faits :

  • Gérard Collomb, aveuglé par une “idéologie scandaleuse” ?

Compte tenu de l’évolution des protocoles sanitaires ce mois de février, imposant notamment une distance plus grande entre les tables et le non brassage des classes, Grégory DOUCET, maire écologiste de Lyon, a fait le choix (pour cette période 4 de l’année scolaire : entre les vacances de février et celles d’avril) de ne proposer qu’un seul type de repas dans les cantines de ses 206 écoles. Quelques mois plus tôt, au mois de mai 2020, à la sortie du premier confinement, G. Collomb prenait les mêmes mesures, sans susciter à ce moment-là une quelconque réaction.

G. Doucet a fait ce choix afin de pouvoir accueillir les quatre jours de la semaine scolaire tous les enfants inscrits à la cantine et de fluidifier et faciliter le service, compte tenu des contraintes du moment. Il a choisi des « repas sans viande », c’est à dire trois repas qui comportent du poisson ou des œufs et un repas végétarien (Cf. application de la loi Egalim, depuis novembre 2019), par semaine.

  • Le choix du repas sans viande est-il habituellement possible dans nos communes ?

Puisqu’Etienne Blanc, président du groupe Droite, Centre et Indépendants et ex-candidat à la mairie de Lyon s’indigne que “cette manière d’asséner un choix, sans aucune alternative possible, est proprement inadmissible”, posons la question du choix.

À Lyon, plus de 40% des familles demandent des repas sans viande pour différentes raisons : – choix alimentaire, goût et abattage hors rites confessionnels. C’est pourquoi le repas sans viande est proposé quotidiennement à côté du repas classique ; hors le jour du repas végétarien hebdomadaire.

À Ste Foy, ces demandes ne sont pas prises en compte par la mairie et lorsqu’il y a de la viande au menu de mi-journée, les familles dont les enfants n’en mangent pas, doivent s’organiser pour faire déjeuner leurs enfants à la maison.

Enfin, en janvier 2019, sur la base des données scientifiques collectées au cours des dix dernières années, Santé publique France conseillait de manger moins de viande et de produits transformés, de diversifier les sources de protéines passant par l’apport de plus de protéines végétales (notamment légumineuses : lentilles, pois chiches, …) et de privilégier une alimentation biologique. C’est la raison du plan protéines végétales lancé alors par notre gouvernement actuel.

Nul n’ignore plus que nous traversons depuis un an une crise sanitaire sévère qui nous oblige à prendre collectivement nos responsabilités avec, pour les communes, l’impérieuse nécessité d’assurer à tous les élèves de leurs écoles publiques, sans exclusion, la qualité nutritionnelle dont ils ont besoin.

Sur ce sujet essentiel, cette agitation opportuniste vient hélas occulter des questions de fond comme celle du développement de filières d’approvisionnement locales, la relocalisation de terres agricoles (voire l’implantation de fermes urbaines) et de cuisines centrales communales, ou celle de la dégradation des conditions de travail des agents des cantines, sommés de s’adapter aux successifs protocoles sanitaires. Mais cela fera l’objet d’un prochain article…

Groupe SainteFoyAVENIR – Citoyenneté.Écologie.Solidarité

Commentez :