SOBRIÉTÉ : UN MODE DE VIE – Suite à La Feuille Fidésienne # 8

Sobriété : un mode de vie

La question de la sobriété est transversale et touche directement plusieurs domaines de notre vie quotidienne : énergie, déplacements, alimentation, logement, etc. Tout est inéluctablement lié et doit concourir à préserver notre écosystème terrestre. 

Dans un contexte de guerre le gouvernement a sorti l’artillerie lourde : un plan de sobriété avec pour objectif de réduire de 10 % nos consommations d’énergie d’ici 2024, il concerne l’État, les entreprises, les collectivités et les citoyens. 

Transport

Rappelons que 62 % des déplacements en France, toutes distances, se font en voiture. Et cela s’explique en partie par la rapidité procurée, les infrastructures et les politiques qui favorisent ce mode déplacement. Mais le transport reste le premier secteur d’émissions de gaz à effet de serre et engendre des particules fines dangereuses pour notre santé.

Le point de départ reste la réflexion de chacun sur ses déplacements quotidiens, occasionnels ou de loisirs : sont-ils utiles, d’une nécessité absolue ? Existe-t-il des alternatives pouvant réduire notre empreinte carbone ? La prise de conscience individuelle permet de mieux accepter les limites écologiques de notre environnement. Souvent difficile, elle doit s’opérer avec tous les acteurs d’un point de vue politique, économique et citoyen. Tous les déplacements urbains et ruraux ne peuvent être considérés de la même façon. Pour chaque trajet, il convient de trouver le mode de déplacement le plus résilient.

Développer des alternatives à la voiture individuelle passe par une offre de transport en commun avec un meilleur maillage du territoire et une offre tarifaire attractive. La fiscalité doit orienter vers les transports en commun, le covoiturage et les modes actifs. Et certaines entreprises ont déjà pris le pas. Certaines administrations, comme l’éducation à Lyon, n’hésitent pas à proposer un logement au plus près du lieu de travail.

Le télétravail, quand le métier le permet, apporte confort de vie et réduit la fatigue liée aux transports quotidiens.

Les trajets domicile-travail en vélos aussi ont augmenté à la sortie du confinement et se poursuivent. Dans notre métropole, les voies Lyonnaises répondent à cette demande et sont une solution alternative à la voiture individuelle.

Certains axes routiers doivent favoriser les modes les plus vertueux comme covoiturage, voies uniquement pour bus par exemple.

Le transport de marchandises peut aussi s’adapter avec la relance du fret ferroviaire et fluvial.

La capacité de chaque être à sortir de sa zone de confort et faire que tous y compris ceux qui ne se sentent à priori pas concernés puissent devenir acteurs pour le bien-être de tous. Et pourtant « il faut planter un arbre au profit d’un autre âge ».

Sobriété énergétique :

Tout comme la Ville de Lyon vient de le mettre en œuvre par le biais de 18 mesures, nous pouvons au niveau de Sainte-Foy-lès-Lyon, mettre en place des mesures simples permettant la mise en place d’un PLAN DE SOBRIÉTÉ ÉNERGÉTIQUE mobilisant les élus de tous les groupes politiques, tous les agents et tous les Fidésiens.

Il s’agit de trouver des mesures simples et efficaces concernant le chauffage des locaux municipaux, la mise en place de mesures de solidarité énergétique, de bonnes pratiques et transformation des comportements et des mesures concernant l’éclairage public. Par exemple :

1) Température à 18°C dans tous les équipements, excepté :

19°C dans les locaux administratifs, les bibliothèques, les crèches et les écoles

14°C dans les gymnases (16° pour les sports type gym douce)

16°C dans les équipements inoccupés plus de 24h

26°C dans l’eau des piscines

Pas de baisse de température dans la résidence séniors « Clos Beau Soleil »

Ainsi que l’allumage du chauffage à partir le 1er novembre au lieu du 15 octobre chaque année.

2) Déclenchement de la climatisation à 28°C (mesure de moyen terme)

3) Coupure de l’eau chaude des lave-mains des bâtiments publics (Eau chaude conservée dans les douches)

La mise en place de mesures de solidarité énergétique :

4) Identification et accompagnement des ménages les plus précaires via le CCAS.

5) Mise en place d’une charte sobriété avec les commerçants.

6) Mise en place d’une charte sobriété avec les structures culturelles et sportives soutenues par la Ville.

7) Animation d’un réseau de correspondants sobriété parmi les agents de la Collectivité, dans tous les grands sites, pour informer et sensibiliser aux écogestes.

8) Encourager les projets de sobriété au sein des services de la Ville, à l’initiative des agents municipaux.

9) Chargement des batteries de la flotte des véhicules électriques pendant les périodes creuses. 10) Signature de la charte écoWatt du fournisseur de transport électrique RTE et promotion du dispositif et de ses outils pédagogiques. Suivre la météo de l’électricité pour savoir à quel moment réduire la consommation pour éviter les coupures sur le site www​.monecowatt​.fr

11) En partenariat avec la Métropole de Lyon, mise en place d’ateliers Écogestes pour les habitants.

12) Création d’un comité de suivi et de mesure du Plan Sobriété. Comprenant élus et agents.

Des travaux et mesures structurelles pour réduire la consommation énergétique :

13) L’isolation par l’extérieur de tous les bâtiments communaux pouvant être réalisé de manière simple (bien-sûr les bâtiments avec une architecture comprenant des corniches et autres éléments architecturaux doivent être traitées différemment) et pose de films de survitrage et autres aménagements pour réduire la consommation dans les bâtiments publics. Déclenchement optimisé de la ventilation (quand le bâtiment est occupé)

14) Rationalisation de l’occupation des locaux municipaux et incitation pour que les usagers des bâtiments regroupent les activités quand cela est possible. (Mesure de moyen terme).

15) Mobilisation de six économes de flux pour identifier des travaux d’économies d’énergie et mettre en œuvre ces mesures structurelles.

Des mesures concernant l’éclairage public :

16) Réduction de l’amplitude des illuminations de Noël qui termineront à 23h (au lieu de minuit). La période d’illumination sera réduite d’une semaine (par exemple du 25 novembre 2022 au 8 janvier 2023 inclus).

17) Expérimentation de l’interruption de l’éclairage public entre 2h et 4h30 (en fonction des horaires de circulation des métros), 4 nuits par semaine (éclairage maintenu les jeudis, vendredis et samedis soir)

18) Limitation de l’éclairage patrimonial au samedi uniquement, jusqu’à 23h et à titre exceptionnel lors d’événements.

Alimentation

Dans l’objectif de construire une société sobre en énergie, notre choix alimentaire constitue un levier puissant. C’est probablement sur les nourritures que nous avons le plus de liberté, comparé aux déplacements domicile-travail ou outils numériques.

Actuellement, notre alimentation est dominée par un type de système alimentaire particulier : le système industriel. Aucune étape de ce système n’échappe à l’utilisation d’énergies fossile, de la production (machines-outils, fertilisants, pesticides, herbicides, etc.) à la distribution (transport, stockage, chaîne du froid, emballage…) en passant par la transformation. Comme le dit si bien P. Servigne, « Nos systèmes alimentaires transforment du pétrole en nourriture, […] Littéralement, nous mangeons du pétrole ». Cela n’a pas l’air très appétissant… Mais nous pouvons changer les choses, et de façon très simple.

Commençons par végétaliser davantage nos assiettes. Manger un steak de moins par semaine ne devrait pas impacter beaucoup le plaisir de nos papilles, mais permet d’économiser environ 4kg de carbone. Il n’y pas que les grandes surfaces pour faire nos courses, essayons aussi les épiceries circuits courts et les marchés des produits locaux : c’est là où on trouve des produits qui ont moins voyagé. Et n’oublions d’apporter des sacs et des bocaux. Le bio est trop cher ? Mais a-t-on besoin de manger autant ? L’imaginaire collectif associe trop souvent l’abondance au plaisir, alors que nous avons aujourd’hui que d’une manière générale, on mange trop par rapport à nos activités. L’épidémie de l’obésité en témoigne.

Ce n’est que quelques pistes à explorer au quotidien. On peut aller bien plus loin, en développant les jardins partagés/familiaux et les épiceries sociales et solidaires.

Bibliographie en lien avec le sujet :

Bihouix, Philippe. L’Âge des low tech. Vers une civilisation techniquement soutenable. Le Seuil, 2014.

Nocoloso, Barbara. Petit traité de sobriété énergétique. Dossier pour un débat 245. Editions Charles Léopold Mayer, 2020.

Vargas, Fred. Quelle chaleur allons-nous connaître ? Quelles solutions pour nous nourrir ? Document. Flammarion. Paris, 2022.

Klent, Hadrien. Paresse pour tous. Le Tripode, 2021.

Servigne, Pablo. Nourrir l’Europe en temps de crise. Vers des systèmes alimentaires résilients. Babel. Actes Sud. 2017.

Brusset, Christophe. Vous êtes fous d’avaler ça. Flammarion. 2016.

Commentez :