Archives par mot-clé : Clos du Cardinal

Clos du Cardinal…. Les derniers arbres sont tombés

Sainte-Foy-lès-Lyon. Fin décembre 2023. 
Vacances de Noël. 

Clos du Cardinal, au sud de la 
résidence de personnes âgées Beausoleil.

« Les derniers arbres sont tombés ». 

Les deux derniers arbres (des érables de 13m de haut) appartenant à l’alignement historique du Clos du Cardinal, depuis la rue des Frères Lumière, viennent de disparaître pendant ces vacances de Noël. Ces abattages étaient annoncés mais, comme ceux de 2020, ils ne s’imposaient pas. Ils sont victimes de l’entêtement municipal à vouloir les remplacer par un parking ! 

Décidément, notre municipalité choisit les vacances scolaires pour abattre des arbres, loin des regards d’un certain nombre de fidésiens (dont les enfants) partis en vacances. Quel triste Père Noël, cette année ! Quelle honte de décider d’abattre des arbres, majoritairement en bonne santé (bien que non entretenus depuis longtemps) et avec devant eux, une espérance de vie de plusieurs décennies ; des puits de carbone irremplaçables, dans l’immédiat et une végétalisation existante à préserver, face au réchauffement climatique en cours. C’est près d’une dizaine d’arbres adultes (tilleuls, érables, platanes, buis, …) qui ont été abattus au Clos du Cardinal, ces dernières années.

Des travaux d’aménagement ont démarré en novembre dernier, mettant à bas tous les arbres restants (même des cépées de feuillus vigoureuses, en cours de repousses spontanées) , hors quatre en périphérie, dont deux grands platanes (l’un de 28m de haut du côté de l’église, et un autre de 36 m de haut, au Sud du Clos du Cardinal

Nous défendons depuis 2020, le maintien de l’entièreté de ce « balcon vert » de Sainte-Foy centre, et sa valorisation. Nous espérions encore sauver de la bétonisation la partie haute du Clos sur la butte, à proximité de la Résidence pour Personnes Âgées, mais l’aveuglement de notre municipalité l’interdit.

Elle a annoncé la « SANCTUARISATION » finitive du reste du Clos du Cardinal, au Plan Local d’Urbanisme et de l’Habitat (la nommant même : « une oasis verte ») à l’issue des travaux, au printemps 2024. Mais, elle ne veut pas renoncer à y installer des places de stationnement pour des véhicules motorisés !

Aberration économique, et écologique ; déni de la qualité du cadre de vie pour tous les habitants du centre-bourg, dont particulièrement les enfants, les familles, les jeunes et les personnes âgées qui appréciaient de s’y retrouver, au rythme des saisons !

Évolution du site au fil des années 2015, 19 et 22 (Cf. Google Earth)

Tribune libre – MOSAÏQUE n°180 – novembre/décembre 2023

Sommes-nous incapables de relever le défi de la transformation écologique de nos sociétés humaines ?

Nous le savons : il ne nous est plus possible de nous dérober, de laisser croire que nous ne sommes pas prêts, que nous avons encore le temps de continuer à consommer et produire, de continuer à spéculer, comme nous l’avons abusivement fait depuis les années 90. Heureusement, une majorité d’entre nous a compris ce que nous avons à faire aujourd’hui pour protéger l’humanité. Oui, prendre soin des êtres humains pour qu’ils puissent encore longtemps habiter la Terre, en lien avec tout le vivant ; c’est ce qui motive d’abord nos choix de politiques publiques. 

Que voyons – nous ? Encore des résistances aux ZFE décidées au niveau européen et national pour faire baisser la pollution de l’air. Elles sont cruciales pour l’avenir de nos villes et pour l’évolution de l’urbanisme sur tout le continent et dans le monde. Les aides sociales nécessaires au changement de véhicule, ou au choix d’autres modes de déplacements (transport en commun, covoiturage, vélo, …) sont et seront renforcées, tant au niveau des entreprises, que des collectivités, ou des compagnies d’assurances. Alors, pourquoi refuser cet effort nécessaire à l’amélioration de notre cadre de vie et notre santé ?

Les scientifiques du climat ont validé leurs résultats depuis plusieurs années déjà et nous savons qu’il nous faut renoncer maintenant aux énergies fossiles (charbon, pétrole, gaz) et revégétaliser nos villes, pour nous sauver de la chaleur écrasante des étés caniculaires et permettre le retour d’une plus grande biodiversité, indispensable à notre développement. Pas question donc de créer un nouveau parking sur un espace vert existant, tel le Clos du Cardinal ; sous prétexte de compenser la perte future de quelques places de stationnement. À l’heure où nos jeunes concitoyen(ne)s – mais pas que – adoptent massivement des modes de déplacements sportifs !

Nous nous opposons à cette décision d’un autre siècle ! En pleine conscience, il est temps d’atterrir et de prendre, en concertation avec le plus grand nombre, des décisions essentielles pour aujourd’hui.

Yvette Lathuilière, conseillère municipale SainteFoyAVENIR.

Retour sur le Conseil Municipal du 12 Octobre 2023

Rapport n°1) Cession du tènement des ex-écoles maternelle et élémentaire de Chantegrillet au promoteur immobilier Lyonnais UTEI. Un rapport attendu depuis la concertation qui s’est tenue en 2019. Ce projet s’inscrit dans le respect du PLU-H communal et des conclusions de ce fructueux exercice participatif :

– harmonie paysagère globale du projet, coulées vertes entre les immeubles ;

– logements traversants basse consommation d’énergie dans le cadre de la réglementation thermique qui s’applique aujourd’hui ;

– dans le respect de la loi SRU (du 13/12/2000), au moins 17 logements sociaux (30% du programme) sont prévus sur les 50 qui seront construits. Toutefois, nous nous rappelons qu’à l’issue de la concertation, l’exécutif avait conclu que le taux de logements sociaux devait être porté à 40% avec des logements familiaux. Pourquoi y a-t-il renoncé ? Aucune explication. Circulez !
A leur place, la mairie a fait le choix de logements « inclusifs », c’est à dire, mis exclusivement à disposition de personnes âgées ou de familles en situation de handicap. Choix accompagné par des associations du territoire dont nous souhaitons la pleine réussite.

Le foncier reste cher à Ste-Foy (UTEI propose la vente de ses appartements au prix de 6000€/m²) et nous ne construisons que jusqu’à 3 étages, plus 1 étage en retrait avec terrasses (« attique »), au maximum, et trop d’immeubles à 2, voire un seul étage ; ce qui est le cas, sur ce terrain. Du gâchis de foncier communal aux dépens de nos concitoyens qui ont besoin de se loger. On aurait pu ici imaginer un niveau supplémentaire sur la partie la plus proche de la rue du Commandant Charcot, sans dénaturer la qualité paysagère du projet.

Rapport n°3) « Zone à Faibles Émissions » de polluants atmosphériques Avis sur le projet modifié d’amplification de la ZFE : nous regrettons la réduction de l’ambition métropolitaine mais saluons le respect de la concertation lancée en 2022. En effet, malgré l’urgence à sortir des énergies fossiles pour freiner le dérèglement climatique, nous retardons notre engagement volontaire et indispensable pour l’amélioration de notre cadre de vie. 
Cependant, au 1er janvier 2025, cette obligation concernera toutes les agglomérations de plus de 150 000 habitants.

Les dernières enquêtes en attestent, les populations ont compris cette nécessité pour l’avenir de leurs enfants. Alors, de nombreux fidésiens, pour leur santé et pour préserver leur environnement, se sont mis à la marche, au vélo et ont changé de voiture. Nous sommes l’une des premières communes de la Métropole à avoir acquis récemment le plus grand nombre de véhicules critères 2, 1 et 0 (voitures électriques). Est-il raisonnable de repousser encore l’inclusion de Ste-Foy à cette ZFE ?

Rapports n°5 et 6) Conventions de transfert de maîtrise d’ouvrages, avec la Métropole, place Laurent Paul (quartier Chantegrillet) et rue du Château, limitrophe du Clos du Cardinal (centre bourg) 
Nous saluons ces deux opérations d’aménagement du territoire rendues possibles par la décision des maires locaux d’inscrire à leur projet de territoire, négocié avec la Métropole, la végétalisation de leurs villes, incluant la dé-bitumisation des sols (notamment des parkings) pour rendre les sols perméables à l’eau de pluie. Nous voilà donc embarqués dans une transformation écologique de nos écosystèmes communaux. 
​Dans ce contexte, il nous faut demander à notre Maire de revenir sur cette décision insensée, apparemment mineure, mais pourtant absurde à l’heure de ces choix nécessaires pour la qualité de l’air que nous respirons.

Oui, Mme Le Maire, végétalisez, re-naturez, sanctuarisez autant que vous le voulez l’espace vert du Clos du Cardinel mais n’y installez pas un parking ! Cette décision nuirait gravement à l’agrément futur de cet endroit et aux circulations dans les rues étroites environnantes. Les riverains vous ont demandé, et demandent encore, que vous y installiez plutôt quelques jeux d’enfants.
​Ecoutez-les, ils savent ce dont ils ont besoin !

Pourquoi le sondage de la mairie, sur son projet pour le Centre-bourg, est-il un simulacre de concertation ?

Un projet de rénovation du centre bourg – attendu depuis le début des années 2000 – présenté par notre Maire sortante pendant sa campagne municipale de 2020, impliquait entre autres la création d’un parking (initialement de 34 places) sur l’espace végétal du Clos du Cardinal, mitoyen de la Résidence Beausoleil. Cette esquisse de projet a été l’objet de l’un de nos premiers combats contre cette municipalité, pour le respect de notre santé et de notre cadre de vie. En effet, nous en sommes sûrs, la transformation d’un espace vert à valoriser en parking est en totale contradiction avec les enjeux climatiques et sanitaires actuels et futurs.

En 2022, une tentative de « démocratie participative » prit la forme d’une assemblée tripartite « sous contrôle » d’un huissier de justice pour le tirage au sort de cinq riverains volontaires, et en présence de cinq élus, dont trois de la majorité, et cinq représentants d’associations (sélectionnées sur des critères non communiqués). Cette instance fut réunie deux fois autour de cet hypothétique projet, pour échanger sur la base d’un postulat imposé : la réalisation d’un parking pris sur un espace végétal existant, envers et contre tout. Postulat que nous ne pouvions que contester fermement, malgré la réduction de ce parking à 10 places pour les automobiles auxquelles étaient ajoutées quelques places pour les deux-roues motorisés. Aberration sanitaire, sécuritaire et environnementale ! Le 5 juillet, une réunion publique est venue clore cet épisode stérile, sans autre résultat qu’une confirmation de la poursuite de ce projet insuffisamment réfléchi, inabouti ; d’autant plus qu’il doit être négocié avec les services de la Métropole qui doivent en vérifier la compatibilité avec leurs orientations de programme fondamentales, et en financer l’exécution.

Ce printemps 2023, la majorité nous sort un « jeu de dupes » : – hier, la concertation portait sur le Clos du cardinal, aujourd’hui sur les places Xavier Ricard et de l’église. De qui se moque-t-on ?

Le sondage mis en ligne par la mairie début avril ne questionne pas le parking envisagé au Clos du Cardinal ; serait-il finalement abandonné ? Deux photos tirées de l’esquisse du projet de 2020 l’illustrent : encore des voitures (mais un peu moins), une terrasse de restaurant agrandie, un arbre déjà grand en fleurs roses et quelques autres végétaux ; une voirie quasiment inchangée compte tenu de la contrainte liée à l’arrêt de bus place de l’église. Du coup, ce questionnaire semble anachronique et donne l’impression d’une pièce supplémentaire apportée à un dossier que l’on aurait rendu en retard.

Ce projet ficelé dans la tête de la majorité depuis sa campagne électorale, sans consultation des habitants et habitantes du centre, ni des fidésiens et fidésiennes dans leur ensemble, ne répond pas aux exigences d’un centre-bourg apaisé et sain du 21ème siècle où toute transformation urbaine signifie une politique publique exigeante qui conjugue au plus haut niveau économie et écologie, sociabilité et qualité naturelle de l’environnement.

Pour cela, a minima, il y faut agrandir des trottoirs pour favoriser des cheminements piétons sûrs, aménager des voies cyclables ; agrémenter les différents espaces publics – sans véhicules polluants – de végétaux variés et de mobiliers urbains favorisant la convivialité et la place des enfants. Alors, la complète arborisation de l’espace végétal du Clos du Cardinal pourra enfin valoriser ce coeur de « village » à la hauteur qu’il mérite.

Nous sommes attachés à la démocratie participative quand elle se met, avec sincérité, à l’écoute de nos concitoyens et concitoyennes, et permet en responsabilité, un débat honnête et conscient de ce moment que nous vivons et devons assumer dignement ensemble. En l’état, SainteFoyAVENIR a refusé de cautionner ce simulacre de « concertation », sans travail préalable concerté avec la Métropole ; préalable indispensable puisque ces places publiques appartiennent au domaine métropolitain.

Cette fin juillet 2023, on nous annonce plus de 850 réponses à ce sondage, avec une majorité d’adhésion au projet proposé en 2020. Comment cela est-il possible puisque le questionnaire ne le présentait pas explicitement ? Nous redoutons des conclusions hâtives, librement interprétées par la municipalité en faveur d’une promesse électorale qui prenait insuffisamment en compte les évolutions nécessaires de nos écosystèmes urbains pour résister à la crise climatique. On nous promet une présentation des résultats cet automne ; nous les attendons. Mais quel projet pourra-t-il être sérieusement validé s’il n’a pas déjà été discuté avec les services de la Métropole ? Notre vigilance reste entière.

Retour sur le Conseil municipal du 15 décembre 2022

Retour sur trois rapports importants du dernier Conseil municipal

et sur la censure délibérée de la parole du public, présent en salle du conseil, exercée par notre maire :

Cf : https://​www​.saintefoyavenir​.org/​c​a​t​e​g​o​r​y​/​a​c​t​u​a​l​ites/

& Article du journal « Le Progrès » du samedi 17/12/2022.

1) Amplification de la ZFE (Zone à faibles émissions de gaz polluants liés au trafic routier) de la Métropole de Lyon. Nous avons fait le vœu, qu’une majorité des membres du conseil vote en faveur de cette amplification pour nous permettre au plus tôt, collectivement, un futur respirable ; meilleur pour notre santé, pour l’amélioration de notre cadre de vie, et la baisse de nos consommations d’énergies fossiles. Nous n’avons pas été suivis, pour des raisons peu avouables pour des libéraux, de précipitation, prétendue déraisonnable. Pourtant, la commission européenne et le conseil d’État nous pressent d’accélérer nos choix en faveur d’une meilleure qualité de l’air, en ville notamment ; avec un développement économique accordé à des ambitions écologiques et sanitaires. Oui, la conscience écologique n’est pas punitive, mais protectrice !

2) Débat d’orientation budgétaire pour 2023. Après des années perdues à refuser d’anticiper la crise climatique, et énergétique, la municipalité est bien obligée aujourd’hui de faire des choix pour abaisser significativement ses factures énergétiques et son impact environnemental. Si les travaux d’isolation par l’extérieur de l’école P. Fabre – que nous réclamions particulièrement depuis le changement des huisseries en 2020 – sont enfin budgétés, elle renonce aujourd’hui aux travaux de rénovation thermique du gymnase Barlet. (NB. Son défaut de programmation pluriannuelle lui a déjà fait perdre une potentielle subvention de l’ANS (Agence nationale du sport), dans le cadre du déploiement du plan France relance pour le sport, en 2021.)

Du coup, elle décide enfin d’opter pour « une gestion active de la dette », c’est à dire de choisir, notamment, l’emprunt de long terme pour des dépenses d’avenir. Les plans Lumière (Nouvelle AMO : mise en route attendue courant 2023) et Handicap – lui aussi retardé – devraient être poursuivis.

3) Une annonce qui pourrait nous réjouir, pour 2023 : « Le lancement d’un plan de gestion du patrimoine arboré » mais nous demandons à voir : – en effet, dans le domaine du vivant, « gérer », ne peut suffire ; il faut surtout PRENDRE SOIN de nos arbres communaux. Depuis 2020, et plus globalement depuis les années 2000, sur le domaine public fidésien, c’est l’hécatombe ! Toutefois, nous formulons, en ce début d’année, en responsabilité, le vœu de voir le Clos du Cardinal rester définitivement un espace végétal ! 

Les quatre élu(e)s de SainteFoyAVENIR.

SILENCE MUNICIPAL : il n’y a rien à voir, circulez !

Depuis l’unique réunion publique du 5 juillet dernier, actant l’aboutissement précipité d’une « concertation » minimale et biaisée, nous attendons le commencement de travaux dont nous ne voulons pas sur le terrain du Clos du Cardinal (mitoyen de la résidence Beausoleil pour personnes âgées non dépendants, au centre-bourg). 

La transformation dite « paysagère » du dernier espace végétal patrimonial du centre historique de Ste Foy en un parking de 35 places est devenue une proposition de création de 10 places de stationnement pour voitures et d’autres pour deux roues motorisées. Ce projet a donc évolué depuis 2020 parce que les habitants du centre, notre association et nos élus, ont fortement manifesté leur désaccord. 

Après cet été 2022, où il nous a fallu rechercher des îlots de fraîcheur pour résister à la chaleur, préserver l’eau pour en jouir encore, ce projet relève d’un entêtement déraisonnable. A l’heure du changement climatique, de canicules et sécheresses à répétition, nous le savons, les espaces végétalisés en ville sont cruciaux pour maintenir des respirations, des zones de rafraîchissement, d’apaisement. Nous défendons la préservation et la restauration d’espaces de nature pour notre bien-être commun et pour la convivialité que nous pouvons y développer. 

Oui, il faut replanter des végétaux au Clos du Cardinal, amputé récemment de beaux spécimens (tels un érable et un tilleul en juin 2020). Aujourd’hui, un paysagiste en redessine les contours avec comme exigence première d’y intégrer un parking pour véhicules à moteur ! Pourquoi ? Pour compenser la perte de places de stationnement place X. Ricard en faveur de l’amélioration de notre cadre de vie. 

Au moins 550 places de stationnement ont été dénombrées à moins de 5 -10 minutes à pied de la place de l’église ! Les fidésiens, qui le peuvent et le souhaitent pour leur santé et leurs enfants, adoptent les mobilités actives ; à pied ou à vélo, ils sont de plus en plus nombreux vers les écoles, les services publics ou nos commerçants de proximité. 

Il n’y a donc pas de places de parking à récupérer, il y en a suffisamment ! Citoyens responsables, les fidésiens sont nombreux à apprendre à se passer ponctuellement ou régulièrement de leur voiture individuelle. Et nous pouvons raisonnablement espérer que l’exigence de sobriété énergétique cet automne-hiver nous conduira à persévérer. 

Le centre de Sainte Foy et le Clos du Cardinal méritent que le débat continue, que les associations, les habitants, les commerçants concernés, la mairie et la Métropole travaillent pour améliorer la vie communale, dans le contexte climatique que nous connaissons. L’équipe de SainteFoyAVENIR est prête à travailler au sein du Conseil Municipal, et avec les habitants, pour trouver ensemble les réponses appropriées aux besoins de chacun(e) dans le respect de l’intérêt général.

LA FEUILLE FIDESIENNE # 7 – Septembre-Octobre 2022

Nous vous invitons à prendre connaissance de la Feuille Fidésienne # 7. 

Au menu :

  • L’EDITO sur l’urgence climatique et notre responsabilité
  • LE BILLET ENERG(ET)IQUE
  • LA FEUILLE CITOYENNE (Interview d’O. Coupiac, ingénieur en énergies renouvelables) avec insertion d’un QR Code pour retrouve suite d’article et références
  • La Feuille Croquante – L’image qui parle d’elle même
  • Et autres brèves…
LFF_07_sept-oct 2022

Tribune libre – MOSAÏQUE n°172 – juillet/août 2022

Consternation au Clos du Cardinal !

Ce mois de mai, nous est imposé un principe de consultation sur une décision déjà prise, et pas réfléchie en regard de l’exigence climatique que nous ne pouvons plus ignorer. Il s’agit de la transformation du charmant Clos du Cardinal, en un futur parking. Et non, vous ne rêvez pas ! Vous êtes bien en France et qui plus est, à Sainte Foy-Lès-Lyon, « balcon vert de la Métropole » !

Hier, notre municipalité dénonçait sans vergogne le projet métropolitain de transport par câble, hurlant qu’aucune concertation ne serait réalisée et que le tracé se ferait dans le dos des habitants.

Aujourd’hui, nous découvrons la concertation à la sauce « vraie nature », de notre maire. En entrée : deux scenarii imposés avec une trajectoire déjà définie. En plat de résistance, une participation de la population limitée à 5 riverains, 5 associations et 5 élus, dont 3 issus de la majorité. Et en dessert, l’annonce que le projet se fera – avec ou sans votre consentement – car déjà décidé. Dans ces conditions, nous ne pouvons que dénoncer un scandale, une honte !!!

Ce projet va à l’encontre de toute logique de non nouvelle imperméabilisation des sols. Comment accepter qu’un espace vert puisse être transformé en parking, en 2022 ? Avec de fortes chaleurs dès la fin du printemps, il est irresponsable de créer une nouvelle résidence pour voitures ! Ce dont nous manquons aujourd’hui, ce sont d’espaces pour nous Humains qui recherchons de la fraicheur. Oui, Il faut repenser ce lieu patrimonial en le rendant plus convivial pour toutes les générations qui s’y rencontrent (bancs, tables, jeux d’échecs, aires de jeux, jardin partagé, …). Cet espace vert doit être valorisé dans le respect de l’intérêt collectif. Au moins 550 places de parking existent en centre – bourg. Qui a démontré qu’il nous fallait en rajouter dix (sans compter celles pour les deux roues motorisées) dans le cadre du réaménagement futur des places X. Ricard et de l’église ?

Nous refusons cet aménagement, au nom de l’histoire de ce lieu et du respect indispensable de la santé et de l’environnement de ses riverains et des résidents de Beausoleil. Nous vous invitons donc fortement à le dénoncer et à participer à la SEULE réunion publique prévue le mardi 5 juillet 2022, à 18h. 

Serge REPLUMAZ, SainteFoyAVENIR. Citoyenneté. Écologie. Solidarité.

Conseil municipal du 31 mars 2022

Nous vous proposons un retour du dernier conseil municipal, qui a eu lieu le jeudi du 31 mars 2022. En voici le résumé :

Point de pleurs ou de cris, de lynchage ou d’invective, le conseil fut pour une fois assez détendu : la période des débat hystériques autour du transport par câble semble derrière nous.

Nous sommes tout d’abord revenus sur l’intervention étonnante de Mme Bazaille au cours du précédent conseil au sujet du règlement local de publicité, dont on vous livre ici tel que reproduit dans le procès-verbal :

« L’écologie politique n’est que la nouvelle forme d’un puissant narcissisme et d’un non moins puissant mépris des classes qui veut nous éduquer en nous dictant ce que nous devons consommer (pas de viande car ce sont les beaufs racistes qui en mangent…), comment nous devons nous déplacer (l’avion, la voiture c’est mal et c’est monsieur GRIVEAUX qui fustige les gens qui fument et roulent au diesel…), comment nous devons penser les nouvelles normes sociales qui promeuvent le wokisme et la cancel culture, idéologies de la déconstruction et bien sûr, qui attaquent les entreprises capitalistes, fleurons du CAC 40. Pour nous, une politique ambitieuse de préservation de l’environnement doit être ancrée sur des réalités et non sur des principes idéologiques ou émotionnels. C’est pourquoi nous donnons un avis défavorable à ce règlement de publicité. » 

Serge Replumaz et Philippe Schmidt s’étaient déjà indignés la dernière fois des grossiers amalgames, nous avons cette fois pointé de manière plus humoristique une « bouillie conceptuelle » en effet très éloignée d’une quelconque idéologie où ne manquait plus que l’islamo – gauchisme pour compléter la famille des pseudos concepts sociologiques développés par les communicants LR.

Douze rapports furent ensuite analysés, nous sommes intervenus sur la plupart dont :

-la mise en place d’une aide financière pour les associations souhaitant acquérir un vélo électrique

– le vote des subventions aux associations, intervention pour évoquer les difficultés de recrutement de l’OFTA et demander quel accompagnement la mairie proposait. Ce qui nous a permis un moment de réflexion stimulant sur la ville « fonctionnelle », qui doit pouvoir loger toutes les populations qui ont à y travailler.

comptes de gestion : intervention désormais rituelle pour dénoncer le report année après année des investissements promis et jamais réalisés sous couvert de rigueur budgétaire. En 2021, moins de la moitié des investissements prévus a été réalisée.

– budget supplémentaire (abstention) : l’augmentation conjoncturelle de 250 000€ des dépenses de gaz fut l’occasion de rappeler l’urgence de réduire notre dépendance aux énergies fossiles. 

Cela fait plusieurs années que nous alertons sur l’incompatibilité avec un développement durable de nos installations de remplacer nos anciennes chaudières à gaz dans nos écoles par des nouvelles. D’autres réponses sont possibles : réseau de chaleur urbain, pompe à chaleur., notamment et rénovation BBC.

Sous couvert de réduction de la dette économique nous laissons filer la dette énergétique : la rénovation du bâti communal en 10 ans demanderait de rénover 3 bâtiments par an pour un budget de 3M€, nous en sommes très, très loin. Il nous a été répondu que ces investissements étant trop lourds à porter pour la commune, la vente d’une partie du bâti communale était envisagée, impliquant une optimisation nécessaire de l’offre de service public.

-vote du taux des deux taxes locales (abstention) : intervention pour rappeler que dans un contexte de disparition progressive des dotations de l’État et de nécessité d’investissements massifs dans la rénovation énergétique des bâtiments communaux, l’augmentation des taxes locales pourrait être un levier à considérer.

Lors des questions diverses, nous avons interrogé sur l’avancement du projet d’aménagement paysager du Clos du Cardinal. Une concertation, organisée par l’entreprise de maîtrise d’œuvre (Equinoxe, Vaugneray) qui prévoit la mise en place de trois collèges de cinq personnes (habitants, associations et élus) débutera le 23 mai prochain.

Puis, les détails de l’envoi d’un camion de matériel de première nécessité, collecté auprès des fidésiens, à la frontière ukrainienne nous furent présentés, pour terminer sur un point de situation des quelques familles ukrainiennes hébergées à Ste Foy.

Pour finir, nous sommes intervenus pour redemander la nécessaire concertation avec tous les élus sur létude stratégique du patrimoine communal, re – promise en ce début de mandat, et qui deux ans plus tard n’a pas encore été engagée !!!

Les élu.e.s de SainteFoyAVENIR