Archives par mot-clé : Patrimoine arboré

Lettre ouverte de nos élu.e.s à Madame le Maire

Vous trouverez ci-après, la lettre ouverte que nos élu.e.s ont adressée à Madame SARSELLI concernant la gestion municipale des arbres et des espaces verts.

Si la communication de notre commune est très « verte », la pratique l’est beaucoup moins ! Quant à l’information et la consultation des citoyens et de l’ensemble des élus, il reste beaucoup de progrès à faire !

Pierre Marthouret, l’indigné Fidésien du Clos du Cardinal

Voici l’intégrale de l’interview — que vous avez peut-être commencé à lire dans le premier numéro de La Feuille Fidésienne — de Pierre Marthouret dont nous avions relayé, il y a quelque temps, la lettre ouverte sur l’abattage des arbres du Clos du Cardinal à Sainte Foy-lès-Lyon.

Natif de Sainte Foy-lès-Lyon, Pierre Marthouret était bûcheron dans le Vercors. Il y a acquis une bonne connaissance des arbres. Nous avons souhaité le rencontrer après avoir lu sa Lettre ouverte suite à l’abattage des arbres du Clos du Cardinal. 

Pour quelles raisons pensez-vous que l’abattage des arbres est une faute ?
Ces abattages d’arbres, qui sont des biens publics, me mettent hors de moi ! Je ne pouvais pas laisser passer. J’avais déjà écrit un courrier à la mairie après l’abattage du dernier tilleul de la place Clair Tisseur, en 2019. C’est depuis cet abattage, contre lequel j’ai protesté, que je me suis un peu plus intéressé aux affaires de la commune. Il faut savoir que sur cette place, il y avait encore cinq tilleuls au début des années 2000 et que, suite à des travaux d’aménagements, quatre sont morts en même temps. J’estime qu’il faut plus prendre soin des arbres existants : leur conservation 
devrait être inscrite au cahier des charges de tout chantier public, ou privé. 
Il n’y avait aucune urgence à abattre ces deux arbres du Clos du cardinal ; leurs souches l’ont montré. Le tilleul, dont j’ai compté les cernes, avait au moins 130 ans et sa souche était en parfait état. L’érable sycomore avait stoppé la progression de sa blessure ancienne (occasionnée peut-être par un véhicule) et le pourcentage de surface saine, au niveau du collet, était de 50 %. Les arbres ont des moyens de défense extraordinaires ! Ces arbres avaient résisté à toutes les tempêtes. Ils mettent en place une barrière Continuer la lecture de Pierre Marthouret, l’indigné Fidésien du Clos du Cardinal

Clos du Cardinal : lettre ouverte d’un citoyen Fidésien indigné

Nous avons le plaisir de partager la lettre ouverte écrite par M. Pierre Marthouret, forestier à la retraite. Son indignation est telle qu’il a décidé d’écrire ce texte qu’il distribue (photocopies) aux citoyen.ne.s Fidésien.ne.s. Son expertise a simplement été balayée d’un revers de main par le maire de notre ville, le 11 mars dernier.

« Lettre ouverte

La destruction de deux arbres vénérables car centenaires (la souche du tilleul impeccable si vite enlevée à nos regards, témoin de sa vitalité et de son âge respectable comptant plus de 130 cernes bien visibles — une cerne = 1 an) du Clos du Cardinal que madame le maire a ordonnée, représente à mes yeux une faute. Ces biens communs devraient être protégés par la loi.

Nous avions assuré madame le maire, lors d’une réunion improvisée, le 11 mars 2020 dans ce clos, de la bonne santé de ces arbres. La feuillaison impeccable qui a suivi l’a confirmé. Structurellement et physiologiquement sains, ces arbres avaient essuyé vaillamment au fil du siècle de nombreuses intempéries et accidents.

La destruction de ces arbres a pour effet immédiat de faire perdre définitivement le caractère arboré de ce parc. Peut-être est-ce le but recherché : déprécier ce cadre naturel pour réaliser facilement ce projet de parking.

Alors que le patrimoine arboré de la commune va mal (nombreux arbres morts sur pied, malades, en souffrance) la Continuer la lecture de Clos du Cardinal : lettre ouverte d’un citoyen Fidésien indigné

Cryptostroma corticale…. quesaco ?

Il s’agit de la maladie de la suie de l’érable qui se propage avec les spores transportés par le vent. Son apparition, suite aux épisodes répétés de sécheresse de ces dernières années, mais aussi d’orages et de vents, est une conséquence directe du réchauffement climatique.

La particularité de cette maladie est que le champignon assèche les écorces de l’arbre qui vont se craqueler et libérer les spores dans l’atmosphère, contaminant ainsi de façon irrémédiable d’autres érables voisins. Le bois envahi ne montre pas un blocage de la sève brute ; la chute des feuilles observée est sans doute due à l’intervention de toxines. Ainsi, une pellicule noire apparaît sur les écorces des arbres contaminés par le champignon. Il n’y a aucun traitement possible, il faut détruire l’arbre dans les règles de l’art (démontage et non abattage) suivi d’une incinération du bois contaminé.

Il suffit de se promener, par exemple, dans le parc du Mont-Riant, pour se rendre compte de l’état de nos arbres frappés par cette maladie. Nous avons compté pas moins de 20 érables atteints sur une partie de cette parcelle !

L’urgence sanitaire est là car les spores de ce champignon, s’ils sont inhalés, sont dangereux et peuvent aggraver les problèmes respiratoires des personnes déjà fragilisées.

Lors de notre intervention au conseil municipal du 4 juin, Yvette Lathuilière a informé quant à ce risque. Madame GOUBET nous a indiqué qu’elle venait d’être mise au courant et qu’elle prendrait prochainement toute la mesure de ce phénomène.

Nous demandons que soit conduit, au plus tôt, un état des lieux de l’ensemble de nos parcs, jardins et bois. Il est urgent d’agir pour garantir et préserver la santé et la sécurité des promeneurs. Pour ce faire, nous demandons l’inscription dans le budget municipal 2020 d’une ligne spécifique dédiée à l’éradication de cette maladie, sur notre commune. (1)

Cette maladie qui va décimer nos érables n’est malheureusement qu’une illustration de plus du réchauffement climatique que nous traversons. C’est pourquoi nous voulons agir, avec tous les fidésiens qui en sont conscients, pour sauver l’intégralité de notre patrimoine végétal. Notre bien-être urbain en dépend.

C’est pourquoi, entre autre, que nous nous opposons à l’agrandissement du parking du centre-bourg, à proximité de la résidence de personnes âgées de Beausoleil !

(1) La ville de Poitiers n’a pas hésité à abattre 55 de ses arbres victimes de la maladie de la suie pour garantir, sans délai, la sécurité de ces habitants. Qu’attendons-nous ?

Faïza Mihoubi, conseillère municipale, le 6 juin 2020