Archives par mot-clé : Transport par câble – TpC

Transport par câble – Le Président de la Métropole répond à nos élus

Dans un précédent article, intitulé « Si on parlait du Téléphérique …. et de ce qu’il y a derrière » -Episode 3-, nous avons publié le courrier que nos 4 élus municipaux ont adressé à Monsieur Bruno BERNARD, Président de la Métropole (à retrouver sur ce lien) . Ils ont tenu à lui faire part de leurs remarques et positions au sujet du transport par câble Francheville-Gerland, prévu par le SYTRAL dans le Plan de Mandat voté le 17 décembre 2020. .

Nous portons aujourd’hui à votre connaissance la réponse du Président de la Métropole qui fait suite à ce courrier.

STOP à la manipulation de l’information !

STOP à l’exacerbation des peurs et à la manipulation de l’information de la municipalité

OUI à une véritable concertation sur ce projet. Tout doit être posé sur la table pour une discussion en connaissance de cause. Rendez-vous en novembre pour la concertation »

La municipalité de Sainte Foy-lès-Lyon a perdu tout sens de la mesure et des responsabilités. Son seul objectif : instrumentaliser toutes les informations pour faire de l’anti Métropole.

I – Communiqué de presse de la Mairie

Il laisse entendre que des secteurs de la commune sont en danger par rapport au transport par câble. Une réponse du Sytral s’en est suivie dans la journée.

II – Réponse du SYTRAL


« Le SYTRAL étudie le projet d’une première ligne de transport par câble reliant Francheville à Lyon en desservant les communes de la Mulatière et Sainte-Foy-lès-Lyon.

Dans le cadre des études de faisabilité actuellement menées, le SYTRAL a mandaté le bureau d’études SETEC afin d’identifier les possibilités d’implantation des infrastructures sur les 3 hypothèses de fuseaux qui seront soumis à concertation.

Des déclarations d’intention de travaux ont ainsi été déposées auprès des gestionnaires des réseaux souterrains. Cette étape administrative classique dans la vie de tout projet, permet de procéder aux études de sous-sol nécessaires et indispensables pour vérifier la possibilité ou les contraintes d’implantation d’équipements structurants et ceci en fonction des réseaux existants (eau, gaz, électricité…).

« Il s’agit d’une procédure habituelle et réglementaire, nécessaire à la réalisation de tout projet d’infrastructure. Les études de faisabilité actuellement menées vont permettre d’engager une phase de concertation transparente et nourrie sur la base d’un projet techniquement réalisable. Ignorer cette étape aurait été de l’amateurisme », déclare Jean-Charles Kohlhaas, vice-président délégué du SYTRAL. Avant d’ajouter : « Les attaques de Véronique Sarselli instrumentalisent le débat et viennent entraver le principe même de la concertation ».

Une concertation préalable, moment privilégié d’infor­mation et de dialogue, sera menée de mi-novembre 2021 à mi-février 2022 afin de soumettre à l’avis des citoyens l’opportunité du projet, les hypothèses de tracé ainsi que les principes d’insertion des stations et pylônes.

Afin de veiller à la transparence des informations et à la qualité des échanges, le SYTRAL a choisi de placer cette concertation sous l’égide de deux garants désignés par la Commission Nationale du Débat Public (CNDP), autorité indépendante. Les garants s’assurent de la bonne mise en œuvre de la concertation afin que les avis exprimés et les contributions des citoyens soient pris en compte. »


L’intox ça suffit ! La mairie veut mettre le feu… C’est un jeu dangereux qui ne fait pas honneur à la démocratie.

Rendez-vous pour réellement parler des avantages et des impacts du projet. 

D’hier à aujourd’hui, une histoire du transport public – En écho à l’article de Mosaïque Mai/juin 2021

En raison de l’impossibilité d’accès au site de SainteFoyAVENIR, vous avez échappé à l’article qui rectifiait les erreurs relevées dans l’un des communiqués du dernier Mosaïque intitulé « Elections Régionales : Votez ! » … Erreurs susceptibles d’influencer le vote des électeurs !

A l’occasion de sa réouverture, nous vous proposons un article, en écho à celui du Mosaïque de mai/juin 2021, relatant 128 ans de transport public sur Sainte Foy-lès-Lyon. Il demeure quant à lui tout à fait d’actualité !


Rétrospective intéressante à plus d’un titre.

À la fin du XIXème siècle les projets se succèdent, du tramway à vapeur en 1886, qui ne verra pas le jour, après une enquête publique pour déterminer son tracé, jusqu’au tramway électrique qui est inauguré le 4 juin 1893, et mis en service le 14 juin. « L’euphorie est de mise, celle d’avoir un mode de transport public moderne, et la fierté d’être la première commune lyonnaise à s’en doter ». C’est « Mr Guinand propriétaire du château de Bramafan. Cet esprit curieux qui s’est intéressé aux travaux de Siemens en Allemagne et de Edison aux États-Unis », qui est à l’origine de la mise en place de ce tramway électrique. C’est grâce à « des fidésiens visionnaires et persévérants que cela a été possible ». Tous ces projets novateurs « se sont heurtés à la forte déclivité qui reste un obstacle majeur, pour trouver le moyen d’une liaison directe vers Lyon »

Ces éléments historiques amènent quelques réflexions pour aujourd’hui.

Comme en 1886, il faudra une enquête publique pour retenir le tracé du transport par câble. S’y ajoutera, en amont, la concertation publique prévue à l’automne 2021, où seront présentés le projet et toutes les études d’impacts, où tout sera mis sur la table et débattu.

On voit également que les temps ont changé. Actuellement la majorité communale est contre le projet de Transport par Câble, qui pourrait pourtant la rendre fière d’être la première commune lyonnaise à inaugurer ce transport innovant. Comme à la fin du XIXème siècle, un groupe de fidésiens, franchevillois et mulatins visionnaires et persévérants, comme Mr Guinand, ont travaillé dès 2012 sur un projet de transport par câble qui permettrait de se passer de la voiture, et de rejoindre facilement et rapidement Lyon, malgré le dénivelé.

La déclivité est toujours là. Le Transport par Câble est bien un transport adapté pour y répondre et pour faciliter le passage de deux vallées (Yzeron et Saône). En plus c’est un transport décarboné, connecté aux autres modes de transports (Tram-train, Metro, tram et réseau de bus). Dans le contexte nécessaire de baisse des émissions de gaz à effet de serre c’est une réponse pragmatique, moderne.

Renouons à Sainte-Foy-lès-Lyon avec l’inventivité, l’ouverture de nos ainés.

L’histoire continue avec la création d’une ligne 29 de tramway, remplacés « par le trolleybus en 1935, un autobus relié à une double caténaire pour son alimentation électrique. Après 42 ans de bons et loyaux services, le tramway électrique accomplit son dernier voyage. » L’article de Mosaïque précise « Cette fois encore, notre commune joue un rôle précurseur puisque la ligne de trolleybus est, avec celle de Francheville, la première de la région lyonnaise (et la 2ème de France après Clermont-Ferrand). Le trolleybus connait un succès rapide, en diminuant le temps de trajet qui passe de 30 minutes à 16 minutes, dans des conditions de confort inédites ».

Nous vous proposons simplement de changer le mot trolleybus par le mot transport par câble, et bien sûr de changer le nom des villes ! Ça fonctionne !

En 1967, les travaux du tunnel sous Fourvière démarrent et les automobiles se multiplient. La ville s’aménage en fonction de la voiture. À ce jour, Sainte-Foy reste une des communes où le taux de voitures est l’un de plus importants de la Métropole et s’y ajoute quotidiennement la migration matin et soir du trafic routier pour rejoindre Lyon, dans lequel les bus sont bloqués.

« A partir de 1979, les fidésiens peuvent se rendre jusqu’à la place Bellecour en bus, puis emprunter le métro ligne A ». La connexion entre les modes de transports, les temps de trajet sont deux questions centrales pour qu’aujourd’hui, au quotidien les fidésiens se déplacent en transports publics. Le transport par câble permettrait la connexion avec le Tram-train Brignais-St Paul, le métro D à Gerland, le Tram T10 en construction vers St Fons, Vénissieux.

La liberté de mobilité en transport public sur la Métropole est une perspective dans laquelle la commune devrait pouvoir s’inscrire, comme il y a 40 ans.

Monique COSSON, présidente de SainteFoyAVENIR

RÉACTION FACE AUX PARTISANS DU « NON AU TELEPHERIQUE »

Billet d’humeur

Les partisans du NON au « Téléphérique » se sentiraient-il investis de tous les droits ? En tout cas, ils s’en donnent à cœur joie !

Encouragés par la 1ère magistrate de notre ville, l’expression de leur opposition envahit tout l’espace public d’expression municipale. À croire que la pandémie favorise cette manifestation orchestrée car d’ordinaire, le service de communication doit répondre à l’évènementiel.

Et comme si cela ne suffisait pas, la Ville elle-même organise un jeu-concours en soutien à cette fronde. C’est ainsi que des banderoles fleurissent ici et là. On peut tout à la fois s’opposer, jouer et remporter un prix !!!

Curieuse manifestation tout de même !! Que signifie « jouer » autour dune question aussi importante que celle des transports en commun ? N’est-ce pas se jouer de leurs usagers ? 

Les auteurs de ce chahut médiatique laissent croire qu’il n’y aurait pas d’habitants favorables à ce projet ou – pire encore – que ceux-ci n’oseraient pas s’exprimer face à une telle opposition. On peut même relever une menace à peine voilée dans l’avis d’une habitante cité dans le Progrès du 22 mars : « S’il y a un Fidésien pour, il doit se sentir bien seul ! Je serais étonnée qu’il mette une pancarte sur son balcon, de peur de représailles ! ». AMBIANCE … un jeu où l’on ne s’amuse guère et qui conduit surtout à s’enfermer dans ses convictions.

À l’instar de ses détracteurs, Il ne suffit pas d’afficher une banderole en disant OUI, pour faire advenir un projet. Ses partisans auront à cœur de suivre pas à pas sa construction, son évolution, d’en prendre la mesure, de consulter, d‘informer, de débattre. Le NON est la position de blocage qui met fin à toute avancée de dialogue, de négociation, et qui laisse les habitants sans réponse à leurs questions de déplacement. N’est-ce pas « jeter le bébé avec l’eau du bain » ?

Car enfin, ce projet qui peut surprendre, est novateur. Face à cela, il semblerait que le mouvement d’opposition s’exprime volontairement de manière rétrograde en choisissant un vieux tracteur à la réforme, comme mascotte ! Pourquoi faudrait-il priver les habitants de le découvrir par une information adéquate afin de se faire une idée la plus précise de cette forme de transport, pièce indispensable dans le puzzle de l’intermodalité des TCL. À la place de cela, la Ville fait le choix de la désinformation sur ce projet, en redoublant d’ironie et persiste à l’appeler « téléphérique ». Et non, comme certains le disent, nous ne sommes pas à la montagne ! Ici il est question de Transport par câble urbain, avec un télécabine.

La Métropole met en œuvre un projet ambitieux de développement des transports en commun en doublant les investissements qui leur sont consacrés. Peut-on rêver de meilleure issue que de parvenir à la diminution du trafic automobile et de toutes les nuisances sanitaires qui lui sont liées ?

Face à ce jeu qui crée la polémique et fait obstacle à l’information et à la concertation, il nest que temps de siffler la fin de la partie et de prendre de la hauteur !

Un membre du CA de SainteFoyAVENIR