Archives de catégorie : Actualités

L’actualité et les informations de la liste SainteFoyÀVENIR

Lettre ouverte de nos élu.e.s à Madame le Maire

Vous trouverez ci-après, la lettre ouverte que nos élu.e.s ont adressée à Madame SARSELLI concernant la gestion municipale des arbres et des espaces verts.

Si la communication de notre commune est très « verte », la pratique l’est beaucoup moins ! Quant à l’information et la consultation des citoyens et de l’ensemble des élus, il reste beaucoup de progrès à faire !

Tribune libre – MOSAÏQUE n°174 – novembre/décembre 2022

Le résultat d’une politique, ni ambitieuse, ni prévoyante !

Les élus de la majorité, en place depuis plusieurs décennies, paient aujourd’hui le prix fort d’une politique non anticipée en termes d’économies d’énergies. Depuis le début de ce mandat, en 2020, et déjà sous le précédent, nous alertons la Mairie sur l’impérieuse nécessité de réaliser des travaux d’économies d’énergies sur les bâtiments communaux en réalisant des isolations par l’extérieur, notamment.

Depuis juillet dernier, nous avons déjà consommé la totalité des budgets de fonctionnement des fluides et l’ardoise en fin d’année, va dépasser le MILLION d’€.

Cependant des travaux de rénovation ont été réalisés sur les bâtiments de l’hôtel de ville, mais sans les isoler par l’extérieur. Dès lors, ils restent des passoires thermiques. Imprévoyante, ou prise dans le déni de la réalité climatique, la majorité choisit plutôt d’investir 800 000€ de travaux de couverture d’un troisième tennis communal, ou d’injecter 900 000€ dans la réfection du gazon du terrain d’honneur du Plan du Loup, avec un matériau synthétique à base de pneus recyclés dont le caractère non nocif pour la santé reste à démontrer !

Et ça continue ! On vient de jeter par la fenêtre près de 150 000€ en annulant, lors du Conseil Municipal d’octobre 2022, le marché attribué pour le « Plan lumière », qui prévoyait le remplacement des éclairages publics de notre commune. Plan qui devait permettre d’économiser 50% de notre facture de consommations électriques. Le report d’au minimum six mois, mais plus vraisemblablement d’un an des travaux, est une grave erreur.

Pire, le gymnase Barlet, reste en l’état alors qu’il est la passoire énergétique la plus importante de tous les bâtiments communaux. Avec les près de 2 millions d’€ que nous aurions pu économiser sur les exemples cités ci-dessus, une grande partie des travaux d’isolation du gymnase Barlet aurait pu être réalisée !

Il serait donc temps de changer de politique et d’engager en priorité les travaux permettant d’économiser les énergies et de faire baisser nos factures de consommations. Le Groupe SainteFoyAVENIR demeure pragmatique sur ces questions : Agissons, nous avons trop attendu !

Serge Replumaz – www​.saintefoyavenir​.org – saintefoyavenir@gmail.com

CINQ points saillants du dernier conseil municipal : Jeudi 6 octobre 2022

1) PLAN COMMUNAL DE SAUVEGARDE
Comment pouvons-nous sur la prévention des risques majeurs, émettre un avis sur un document que nous n’avons eu que partiellement ? En effet, seul l’exemple des inondations et seulement sur le niveau 1 (cad 120m3/seconde) est précisé et, avec une cartographie schématique. Nous aimerions connaitre les préconisations sur les vitesses de crues plus importantes (125 et 162m3/seconde), mais aussi connaître les modalités concernant les risques de transport de matières dangereuses, les risques de mouvements de terrains, les risques industriels, météorologiques et nucléaires.
Aucune réponse ce jour, à nos demandes répétées !

2) DÉSAFFECTATION DE L’ÉCOLE HERBINIERE LEBERT
Nous constatons une perte de 200 élèves dans nos écoles en dix ans. Quelles actions ont – elles été mises en place pendant toutes ces années, pour limiter l’hémorragie ? Notre groupe et nos collègues précédemment ont régulièrement proposé une politique pour favoriser le logement des familles modestes et moyennes, pour compenser la perte d’habitants et le vieillissement de la population communale.

3) Signature des marchés de prestation de service d’assurance MARCHE D’ASSURANCE et volet CYBERATTAQUE
En 2021, 54% des entreprises françaises ont été victimes d’au moins une tentative de cyberattaque. C’est aussi le lot des entreprises publiques, dont les collectivités locales. Une collectivité territoriale est attaquée par semaine par une cyberattaque et plus de 200 collectivités ont été attaquées par rançongiciel Le risque de cyberattaque est aujourd’hui très fort et il faut nous interroger sur notre système actuel de protection informatique.

4) Déclaration sans suite de la procédure relative au marché global de performance énergétique pour l’éclairage public urbain et PLAN LUMIÈRE
Quel gâchis d’argent public et quel déception après 3 ans de travail sur ce dossier et un processus de dialogue compétitif entre les quatre entreprises retenues qui semblait prometteur ? Quels défauts dans l’écriture du cahier des charges par l’AMO engagé vous
conduisent-ils à ne pouvoir qu’invoquer de très hypothétiques risques juridiques pour renoncer dans l’immédiat à ce projet ? Qui plus est, en jetant par la fenêtre 16000 fois 4 = 64 000€ HT donc 76 800€ TTC de rémunération des entreprises engagées dans la
procédure. Sans compter les 70 000 € pour payer des travaux de rénovation sur l’exercice, qui auraient dû être réalisés dans le cadre du plan lumière.

5) Vogue de la Sainte-Foy, début octobre. Seuls trois forains auraient cette année demandé et obtenu en temps et en heure l’autorisation d’occuper l’espace public, place Millou ? Que s’est – il vraiment passé pour tous les autres ? Pour les fidésiens, c’est la vogue à la grimace : pas d’attraction de qualité, ni à des prix mesurés, pour les enfants et les adultes. Il va falloir à l’avenir rencontrer à l’avance les forains et discuter courageusement de ces enjeux qualitatifs.

Wei Wei GUO , Faiza Mihoubi, Serge Replumaz, Yvette Lathuilière. SainteFoyAVENIR.

SILENCE MUNICIPAL : il n’y a rien à voir, circulez !

Depuis l’unique réunion publique du 5 juillet dernier, actant l’aboutissement précipité d’une « concertation » minimale et biaisée, nous attendons le commencement de travaux dont nous ne voulons pas sur le terrain du Clos du Cardinal (mitoyen de la résidence Beausoleil pour personnes âgées non dépendants, au centre-bourg). 

La transformation dite « paysagère » du dernier espace végétal patrimonial du centre historique de Ste Foy en un parking de 35 places est devenue une proposition de création de 10 places de stationnement pour voitures et d’autres pour deux roues motorisées. Ce projet a donc évolué depuis 2020 parce que les habitants du centre, notre association et nos élus, ont fortement manifesté leur désaccord. 

Après cet été 2022, où il nous a fallu rechercher des îlots de fraîcheur pour résister à la chaleur, préserver l’eau pour en jouir encore, ce projet relève d’un entêtement déraisonnable. A l’heure du changement climatique, de canicules et sécheresses à répétition, nous le savons, les espaces végétalisés en ville sont cruciaux pour maintenir des respirations, des zones de rafraîchissement, d’apaisement. Nous défendons la préservation et la restauration d’espaces de nature pour notre bien-être commun et pour la convivialité que nous pouvons y développer. 

Oui, il faut replanter des végétaux au Clos du Cardinal, amputé récemment de beaux spécimens (tels un érable et un tilleul en juin 2020). Aujourd’hui, un paysagiste en redessine les contours avec comme exigence première d’y intégrer un parking pour véhicules à moteur ! Pourquoi ? Pour compenser la perte de places de stationnement place X. Ricard en faveur de l’amélioration de notre cadre de vie. 

Au moins 550 places de stationnement ont été dénombrées à moins de 5 -10 minutes à pied de la place de l’église ! Les fidésiens, qui le peuvent et le souhaitent pour leur santé et leurs enfants, adoptent les mobilités actives ; à pied ou à vélo, ils sont de plus en plus nombreux vers les écoles, les services publics ou nos commerçants de proximité. 

Il n’y a donc pas de places de parking à récupérer, il y en a suffisamment ! Citoyens responsables, les fidésiens sont nombreux à apprendre à se passer ponctuellement ou régulièrement de leur voiture individuelle. Et nous pouvons raisonnablement espérer que l’exigence de sobriété énergétique cet automne-hiver nous conduira à persévérer. 

Le centre de Sainte Foy et le Clos du Cardinal méritent que le débat continue, que les associations, les habitants, les commerçants concernés, la mairie et la Métropole travaillent pour améliorer la vie communale, dans le contexte climatique que nous connaissons. L’équipe de SainteFoyAVENIR est prête à travailler au sein du Conseil Municipal, et avec les habitants, pour trouver ensemble les réponses appropriées aux besoins de chacun(e) dans le respect de l’intérêt général.

LA FEUILLE FIDESIENNE # 7 – Septembre-Octobre 2022

Nous vous invitons à prendre connaissance de la Feuille Fidésienne # 7. 

Au menu :

  • L’EDITO sur l’urgence climatique et notre responsabilité
  • LE BILLET ENERG(ET)IQUE
  • LA FEUILLE CITOYENNE (Interview d’O. Coupiac, ingénieur en énergies renouvelables) avec insertion d’un QR Code pour retrouve suite d’article et références
  • La Feuille Croquante – L’image qui parle d’elle même
  • Et autres brèves…
LFF_07_sept-oct 2022

(Article LFF # 7) – LA FEUILLE CITOYENNE – L’INTERVIEW

LA FEUILLE CITOYENNE – L’INTERVIEW

Olivier Coupiac, ingénieur en énergies renouvelables et conseiller municipal à Ste Foy

Vous êtes conseiller municipal, au sein du groupe SainteFoyAVENIR depuis mai 2020, que signifie cet engagement citoyen pour vous ?

Je suis venu à l’écologie en sortant d’une conférence de JM Jancovici sur le réchauffement climatique au début des années 2000 alors que j’étais jeune doctorant au CEA de Grenoble. Ce fut un choc. La bibliographie que je fis par la suite ne fit qu’ajouter des mauvaises nouvelles : découvrir que ma génération et celle de mes parents allaient réussir à détruire en 50 ans ce que le miracle évolutif avait construit en quelques centaines de millions d’années, fut une sensation désagréable. Pourtant la méconnaissance de ces enjeux dans le grand public et dans mon entourage était frappante : il fallait à la fois agir vite et largement communiquer. Je me suis alors réorienté vers les énergies renouvelables, et me suis soucié – à titre personnel, d’abord – de mes consommations d’énergie, d’eau, productions de déchets, etc.

Depuis une dizaine d’années, j’essaye d’agir en m’investissant au niveau associatif, de communiquer auprès des étudiants à travers différents cours et conférences en écoles d’ingénieurs. La campagne municipale de 2020 m’est apparue comme un excellent moyen d’allier l’action et la communication à une échelle tout à fait pertinente pour engager la transition, comme l’a montré Rob Hopkins. Pourtant, une fois l’équipe municipale en place, les choses ont été un peu plus compliquées : une grosse partie de l’énergie est consacrée à des manœuvres politiques. C’est un biais cognitif classique qu’on appelle la loi de futilité de Parkinson. Cela consiste, face à un problème complexe, à donner une importance disproportionnée aux questions futiles mais plus faciles à traiter. Face à l’effondrement du vivant et à la menace existentielle qui pèse sur l’humanité, on débat aujourd’hui avec passion de l’écriture inclusive, du burkini ou de nos bisbilles avec la métropole. Ce n’est pas sérieux !

Vous êtes ingénieur spécialisé dans les énergies renouvelables, quels progrès ou quels freins mesurez-vous aujourd’hui dans la transition énergétique ?

En 2017, le slogan d’Emmanuel Macron « Make our planet great again » a positionné la France comme leader mondial de la transition énergétique. Pourtant en 2020, nous étions le seul pays d’Europe à ne pas avoir atteint ses objectifs en terme d’énergies renouvelables (19 % contre 23%). La Stratégie Nationale Bas Carbone (04/2020) prévoit une division par 6 de nos émissions nationales et par 2 de nos consommations d’énergie. Avant de discuter en mode pour ou contre le nucléaire, il faut se poser la question fondamentale : comment va t-on diviser par deux nos consommations ?

Le premier poste d’émissions de C02 concerne les transports (30 %) : tous passer au SUV électrique ne suffira clairement pas. Il nous faudra décider de réductions importantes des masses et puissances des véhicules individuels et des km parcourus, notamment avec les modes les plus polluants, dont l’avion. Il y a évidemment de fortes résistances de la part des constructeurs, mais aussi de tout un système économique (concessionnaires, BTP, autoroutes, grandes surfaces, etc) et social qui s’est construit autour de la voiture individuelle et qui n’a aucune envie de changer de modèle. Ainsi, la proposition de la convention citoyenne d’interdire les publicités pour les produits les plus climaticides a été enterrée.

Pour le bâtiment (20 %), les choses pourraient sembler plus simples : on sait aujourd’hui construire des bâtiments à énergie positive qui permettent d’atteindre les objectifs climat avec en prime un gain de confort et une baisse des charges. La loi Grenelle visait 1 million de rénovations par an qui n’ont jamais été réalisées, la SNBC en prévoit 500 000. Aides insuffisantes, absence d’obligations, trop cher, manque de formation, ces objectifs ne pourront être raisonnablement atteints qu’avec une échéance obligatoire de mise aux normes thermiques des bâtiments publics et privés, comme c’est le cas pour la sécurité électrique par exemple.

Au niveau de la commune, vous avez plusieurs fois réclamé une stratégie énergétique pour ce mandat, comment la concevez-vous ?

De plus en plus de communes s’engagent dans la démarche des territoires à énergie positive qui consiste à choisir de produire plus d’énergie qu’ils n’en consomment à l’horizon 2050. Nous pourrions largement nous inspirer de cette démarche qui consiste à :

– réaliser un bilan exhaustif des flux entrants et sortants : électricité, eau, carburants, polluants, déchets ;

– calculer des trajectoires permettant d’atteindre les objectifs à terme ;

– mettre en place des actions pour engager les trajectoires : rénovation du bâti, installations solaires photovoltaïques thermiques, plan zéro déchet, etc.

Un tel projet demanderait l’embauche d’un pilote à temps plein. Depuis deux ans, nous sommes restés au point mort sur la première étape en ce qui concerne la consommation des bâtiments communaux. Non seulement le problème n’est pas traité de manière globale, mais le strict minimum est fait sur chaque point particulier.

Départ d’Olivier COUPIAC – Élu de SainteFoyAVENIR. Citoyenneté.Écologie.Solidarité.

Le conseiller municipal de SainteFoyAVENIR, Olivier Coupiac, doit quitter la région lyonnaise pour poursuivre un projet de vie. Ces deux années passées au sein du conseil municipal fidésien lui ont inspiré ce constat et cette réflexion dont il a fait part à l’assemblée des élu.e.s, en fin de séance, jeudi 7 juillet 2022.

» Madame le maire, Mmes et Mrs les conseillers municipaux, j’ai une annonce à vous faire : engagé dans un projet d’habitat participatif depuis 2016, celui-ci se concrétise enfin en centre ville de Valence. Je déménagerai de Sainte Foy à la fin du mois et dois donc démissionner de mes responsabilités de conseiller municipal.

Je souhaitais tirer un bref bilan de ces deux ans passés dans cette fonction. Dire que j’ai eu beaucoup de plaisir à assumer cette responsabilité de conseiller d’opposition serait sans doute excessif, le bilan est plus contrasté :

Ce fut certes une expérience riche et passionnante de découvrir les coulisses du fonctionnement d’une commune. La diversité des sujets abordés peut paraître au début vertigineuse, passer de la fiscalité à la culture, des travaux de voirie au social, de l’énergie aux ressources humaines devrait constituer un formidable exercice d’intelligence collective au sein du conseil, grâce notamment à la diversité des sensibilités et des expertises qui y sont représentées. J’ai accepté ce poste de conseiller en pensant consacrer une partie de mon temps libre au service de ma commune, envisageant des désaccords avec la majorité évidemment, mais aussi des points possibles de convergence pour lesquels nous pourrions travailler de concert. Il y eut heureusement de très bonnes relations à titre individuel avec tel ou telle conseiller, je ne les oublierai pas, il y eut aussi le pedibus de L. Chassagne que j’ai eu beaucoup de plaisir à monter avec M. Rodriguez, mais pour lequel j’ai agi en tant qu’individu. 

Malheureusement, le détail qui m’a immédiatement frappé en arrivant est l’extrême politisation du fonctionnement de ce conseil. Est à l’œuvre une logique d’opposition systématique à l’opposition, à toute proposition émanant d’un autre groupe, qu’elle fasse consensus ou non, qu’elle soit d’intérêt général ou non. J’ai fait l’amère expérience d’une mécanique d’écœurement des conseillers d’opposition, je passe sur les moyens qui sont connus de tous. Je me souviens de ma première intervention en 2020 portait sur la nécessaire bienveillance pour faciliter les échanges au sein d’une assemblée délibérative. Au lieu de cela les invectives ont repris de plus belle au fil des conseils, culminant avec l’épisode d’hystérie collective du TPC qui a failli se terminer en bagarre de rue en sortant d’un conseil. Quelle perte d’énergie, quel gaspillage de temps qui finit par occulter notre mission première d’intérêt général et qui interroge sérieusement sur les dérives du pouvoir, même à la toute petite échelle de notre commune.

Et pendant que nous nous chamaillons sur des éléments de langage ou pour obtenir une photocopie en 6 mois, le compte à rebours du réchauffement climatique n’en finit pas de s’égrener. Comme je le rappelais toute à l’heure, la trajectoire de la dernière chance c’est -7% d’émissions par an, l’équivalent d’un Covid, c’est vertigineux, mais dans 5 ans ce sera l’équivalent annuel de l’effondrement de l’union soviétique en 1992, c’est inimaginable. De telles perspectives devraient constituer à mon avis une motivation suffisante pour se mettre au travail. 

Mme Weiwei Guo prendra ma place à la rentrée. De part sa spécialité, je formule le souhait que les mots de la linguiste aient plus de succès que les chiffres de l’ingénieur à vous convaincre de mettre la transition de notre commune, je n’ose pas dire en marche car ce serait plutôt au pas de course.

Pour conclure, Madame le maire, Mmes et Mrs les conseillers municipaux je voudrais vous poser la question que je pose à moi même depuis plusieurs années : nous sommes dans un moment clé pour décider de notre futur et de celui de nos enfants auprès desquels nous devrons rendre des comptes, qu’allons nous répondre lorsque dans 20 ans nos enfants nous demanderont : “en 2022, vous saviez, vous étiez en position d’agir, à titre individuel et à titre collectif, qu’avez vous fait ?” ».

Voir article du Progrès du 10 juillet

Tribune libre – MOSAÏQUE n°172 – juillet/août 2022

Consternation au Clos du Cardinal !

Ce mois de mai, nous est imposé un principe de consultation sur une décision déjà prise, et pas réfléchie en regard de l’exigence climatique que nous ne pouvons plus ignorer. Il s’agit de la transformation du charmant Clos du Cardinal, en un futur parking. Et non, vous ne rêvez pas ! Vous êtes bien en France et qui plus est, à Sainte Foy-Lès-Lyon, « balcon vert de la Métropole » !

Hier, notre municipalité dénonçait sans vergogne le projet métropolitain de transport par câble, hurlant qu’aucune concertation ne serait réalisée et que le tracé se ferait dans le dos des habitants.

Aujourd’hui, nous découvrons la concertation à la sauce « vraie nature », de notre maire. En entrée : deux scenarii imposés avec une trajectoire déjà définie. En plat de résistance, une participation de la population limitée à 5 riverains, 5 associations et 5 élus, dont 3 issus de la majorité. Et en dessert, l’annonce que le projet se fera – avec ou sans votre consentement – car déjà décidé. Dans ces conditions, nous ne pouvons que dénoncer un scandale, une honte !!!

Ce projet va à l’encontre de toute logique de non nouvelle imperméabilisation des sols. Comment accepter qu’un espace vert puisse être transformé en parking, en 2022 ? Avec de fortes chaleurs dès la fin du printemps, il est irresponsable de créer une nouvelle résidence pour voitures ! Ce dont nous manquons aujourd’hui, ce sont d’espaces pour nous Humains qui recherchons de la fraicheur. Oui, Il faut repenser ce lieu patrimonial en le rendant plus convivial pour toutes les générations qui s’y rencontrent (bancs, tables, jeux d’échecs, aires de jeux, jardin partagé, …). Cet espace vert doit être valorisé dans le respect de l’intérêt collectif. Au moins 550 places de parking existent en centre – bourg. Qui a démontré qu’il nous fallait en rajouter dix (sans compter celles pour les deux roues motorisées) dans le cadre du réaménagement futur des places X. Ricard et de l’église ?

Nous refusons cet aménagement, au nom de l’histoire de ce lieu et du respect indispensable de la santé et de l’environnement de ses riverains et des résidents de Beausoleil. Nous vous invitons donc fortement à le dénoncer et à participer à la SEULE réunion publique prévue le mardi 5 juillet 2022, à 18h. 

Serge REPLUMAZ, SainteFoyAVENIR. Citoyenneté. Écologie. Solidarité.

Mai 2022 : – CLAP de fin pour le TRANSPORT par câble de l’ouest lyonnais !!!

Après Brest, St Denis de la Réunion, c’est à Toulouse et demain Créteil, bientôt ailleurs en région parisienne que sont inaugurés des téléphériques urbains. Après tous ceux qui transportent, depuis des décennies, les habitants de différentes grandes villes touristiques – ou pas – sur tous les continents.

Oui, le transport par câble a sa place dans notre agglomération lyonnaise où il nous faut franchir fleuve, rivière et collines pour nous déplacer rapidement. Nous regrettons que ce projet de transport innovant, en faveur d’une transformation écologiquement responsable de nos modes de transports, peu coûteux, et rapide à installer, pourtant réclamé par nos maires et sénateurs lors de la révision du PDU en 2017, n’ait pu voir le jour sur notre territoire.

L’abandon de ce mode de transport d’avenir n’est une victoire pour personne. Il n’y a en effet ni vaincus, ni vainqueurs. Ce résultat objectif est avant tout le fruit d’une concertation publique assumée, avec l’appui de deux garants de la CNDP. Ainsi, les mensonges du printemps 2021 qui prédisaient, avec virulence, l’inexistence d’une concertation largement ouverte (par ailleurs, réglementaire pour ce type de projet) et l’exclusion de la question préalable sur la pertinence, ou non, de ce projet ; sont aujourd’hui avérés. Sans parler de ceux qui laissaient entendre que ce maillon de réseau pouvait concurrencer un projet structurant, d’une toute autre ampleur, tel celui d’un métro !

De son côté, le Sytral mobilités, en la personne de son président M. Bernard, a toujours garanti le caractère démocratique de cet exercice et assuré qu’il acterait le renoncement à ce projet, face à une forte opposition. 

Alors, où en sommes-nous aujourd’hui ? L’effervescence, voire la fureur sont heureusement retombées mais il nous faut reprendre et poursuivre l’indispensable réflexion sur la problématique des mobilités dans l’ouest lyonnais qui reste un sujet d’actualité. Le projet de métro E, objet d’une concertation en 2019 n’était pas abouti avant les dernières élections municipales et métropolitaines de 2020 ; son parcours méritait encore d’être revu pour desservir au mieux les populations mais aussi pour des questions techniques. Aujourd’hui, un projet de tramway express de l’ouest lyonnais (en partie souterrain, comme le métro) est réexaminé : deux fois moins cher que le métro (750 millions d’euros) et plus adapté aux zones péri-urbaines moins denses.

Plus largement, comment déployer des transports en commun adaptés à nos reliefs et paysages et à nos besoins de mobilités ? Il ne suffira pas de revoir le cadencement des bus actuels mais il faudra poursuivre à grande échelle, le partage de la voirie sur nos communes où l’on imagine encore consacrer de nouvelles places de stationnement à la voiture individuelle. Et redynamiser les lignes de train sur l’Ouest permettant ainsi une meilleure offre aux usagers ? À quand une tarification unique (SYTRAL mobilités et TER) pour faciliter les trajets des utilisateurs ? Qu’attend la Région dont c’est une des compétences majeures ?

La météo nous rappelle chaque jour l’urgence climatique et énergétique, nous méritons plus qu’un statut quo et avons besoin de solutions de mobilités pour des déplacements décarbonés répondant aux exigences de qualité de l’air de la future ZFE- mobilités métropolitaine.