Archives de catégorie : Les Elu.e.s

Suivez l’activité des élu.e.s de SainteFoyÀVENIR

Tribune libre – MOSAÏQUE n°171 – mai/juin 2022

SOYONS RESPONSABLES : NOUS AVONS DES RÉPONSES À APPORTER ENSEMBLE AUX DÉFIS CLIMATIQUES !

Le groupe d’experts intergouvernementaux sur l’évolution du climat (GIEC) nous appelle dans son dernier rapport de début avril, à prendre d’ici 3 ans, des mesures immédiates et drastiques, dans tous les secteurs (énergie, bâtiment, agriculture, transports, …) Sans quoi, il sera définitivement impossible de limiter le réchauffement de notre planète à 1,5°C, par rapport à l’ère pré – industrielle.

L’analogie avec le maintien de notre température corporelle normale, peut nous permettre de mieux évaluer la gravité de cette hausse de température.

En effet, passer de 37°C à 38,5°C nous met en hyperthermie. De même, en est-il de la planète que nous habitons, avec les catastrophes que nous observons déjà, de plus en plus fortes, de plus en plus souvent.

C’est pourquoi, nous persévérons à rappeler nos propositions constructives et conscientes de ces enjeux fondamentaux. Oui, à Ste Foy, il nous faut programmer, au plus tôt, la transition énergétique de nos bâtiments publics ; rétablir des terres agricoles et une cuisine centrale pour nourrir en bio et en local nos écoliers, notamment ; et travailler positivement avec les techniciens de la Métropole pour réviser nos plans de circulation dans nos différents quartiers fortement impactés par le trafic routier (Centre-bourg, Chantegrillet-La Plaine,…) ; adapter partout nos modes de déplacements et envisager, avec sérénité, comment l’extension de la ZFE mobilités pourrait favoriser l’amélioration de la qualité de l’air à Ste-Foy ! 

Yvette Lathuilière, SainteFoyAVENIR. Citoyenneté. Écologie. Solidarité.

Tribune Libre – MOSAÏQUE n° 170 – mars/avril 2022

SAINTE-FOY-LÈS-LYON, D’UN MANDAT A L’AUTRE, CHAMPIONNE DE LA PROCRASTINATION ! 

Le budget 2022, voté lors du conseil municipal du 3 février, ne s’inscrit pas dans une prospective qui prendrait sérieusement en compte les questions de santé et d’environnement auxquelles nous devons aujourd’hui répondre. Il se contente – comme les précédents- de gérer l’existant, bon an mal an.

Des grands projets à Sainte-Foy, en 2022 ? quelques exemples : – Réhabilitation du plus vieux gymnase de la commune, attendue depuis longtemps ; – Rénovation des WC publics, boulevard Baron du Marais, un programme déployé à pas lents ces dernières années ; – Lancement d’un plan Lumière pour améliorer la qualité de l’éclairage public : enfin ! Et grâce à la technologie Leds, solution écologique qui va nous permettre de belles économies ; – Extension de la vidéo surveillance : aucune étude n’en prouve l’utilité ; Et – transformation intégrale du Clos du Cardinal en parking « paysager » ! Qui le veut ?

Des projets d’avenir pour les écoles, première mission de la commune ? Du compostage, sans potager, sans verger à cultiver ; Quel plan communal pour l’éducation à la nature, au sein de nos Espaces Naturels Sensibles ? Quelle ambition pour nos écoles dont les classe se vident, faute de nouveaux petits fidésiens ?

Olivier Coupiac,

SainteFoyAVENIR. Citoyenneté. Écologie. Solidarité

Tribune Libre – MOSAÏQUE n° 169 – Janvier 2022

La majorité, marcherait-elle sur la tête ?

On peut se poser cette question. Obnubilée par la communication agressive tous azimuts, contre le transport par câble qui permettrait pourtant à nombre d’habitants de limiter l’usage de leur voiture, notre Maire ne se préoccupe plus de ses promesses électorales.

Rénovation urbaine du centre – bourg ? Lancement de la concertation publique annoncée pour l’automne 2020 ? Transformation et embellissement des places X. Ricard et de l’église ? du Clos du Cardinal, dernier espace vert public du centre ? Rien !

– Site de l’ancienne école Chantegrillet. Projet HQE mixant logements intergénérationnels, espaces végétalisés, nouvelle aire de jeux et nouvelle salle L. Paul ? Rien, depuis juin 2019, quand de nombreux habitants du quartier ont participé à la concertation.

– Rénovation du gymnase Barlet. Aujourd’hui, des travaux a minima pour héberger la Police Municipale, alors que nous savons que c’est, sans doute, le bâtiment communal le plus énergivore ?

– Site de l’ancienne piscine, désespérément vide ! On entend parler d’un mix culture, social et sport ? Là aussi, rien n’est dit en commission.

Et la mise aux normes pour l’accessibilité aux personnes à mobilité réduite de tous les bâtiments communaux n’avance pas, alors que des dates butoirs nous obligent !

Il faut se remettre sérieusement au travail ! L’année 2022 sera décisive pour choisir un accompagnement efficace de la transition écologique et solidaire de notre pays, la plus respectueuse de tous et toutes, face à l’urgence climatique.

Nous vous souhaitons de belles fêtes de fin d’année, riches de convivialité et de partages !

Faïza Mihoubi, Conseillère Municipale, Groupe SainteFoyAVENIR.

Tribune libre -MOSAÏQUE n°168 – novembre/décembre 2021

PROJET DE TRANSPORT PAR CÂBLE URBAIN À L’HEURE DE LA CONCERTATION 

Depuis janvier 2021, notre maire et les opposants au projet de transport par câble (TPC) occupent le terrain médiatique et l’espace public. Beaucoup de bruits donc, mais les arguments avancés sont – ils sérieux ?

Plusieurs affichages sauvages dénoncent ce mode de transport en précisant qu’il est « laid, bruyant, cher , inadapté » : Quatre arguments très discutables.

La laideur : ce n’est pas un critère objectif, ça se discute ; l’argument a été utilisé contre la tour Eiffel, ou le centre Beaubourg, en leur temps. Le bruit : allez voir les transports par câble en cours de réalisation, ailleurs en France (Toulouse, Créteil, St Denis de la Réunion), ou dans le monde ; ils sont peu, très peu bruyants. Le coût : là, c’est un sommet ! même rapporté au nombre de voyageurs, son coût est le plus bas de toutes les infrastructures de transports possibles (plus d’un milliard de moins qu’un nouveau métro qui ne sera prêt qu’en 2035). Son inadaptation : connaissez- vous d’autres modes de transport qui permettent de franchir agréablement et rapidement des rivières (Ici, La Saône et l’Yzeron) et des collines ?

Nous n’avons pas voulu nous prononcer sur ce projet avant la concertation qui va commencer mi-novembre. Nous pensons que l’argument le plus opposable à ce projet en zone urbaine dense, est celui du survol ou de la proximité de nos habitations. Celui-là est un argument majeur, propre à déchaîner les passions ! Mais, il faut savoir raison garder : travaillons ensemble à permettre une concertation de qualité où pourront s’exprimer tous les arguments sur les impacts et les avantages de ce mode de transport. L’enjeu est de faire, en responsabilité, un choix éclairé, en considérant l’intérêt général, les besoins de déplacements sur notre secteur et la nécessité de diminuer nos émissions de polluants atmosphériques. 

Serge REPLUMAZ – SainteFoyAVENIR. Citoyenneté. Ecologie. Solidarité.

Tribune libre – Mosaïque n°167 – septembre/octobre 2021

RENTRÉE SCOLAIRE 2021 – POUR UNE VILLE DURABLE : UN AMBITIEUX PROJET SANTÉ et ALIMENTATION.

La vaccination du plus grand nombre d’entre nous, y compris des jeunes, nous laisse espérer une année scolaire plus normale. Les gestes de barrière et d’hygiène élémentaires (lavages des mains…), toujours d’actualité, ont permis une baisse des cas de gastroentérites et de grippes au cours l’an dernier.

Une bonne santé passe par une bonne hygiène de vie et surtout par une bonne alimentation. Nous saluons donc avec bonheur le label Ecocert de niveau 1, obtenu par la cuisine de la Sogérès, basée à Rillieux la Pape, notre prestataire pour la restauration collective de nos écoles publiques et de la résidence Beausoleil. Ce label vient garantir une nourriture plus saine, plus locale et durable, en provenance, de plus en plus, de l’agriculture biologique.

Mais nous pourrions faire mieux : réinstaller une cuisine centrale, à Ste Foy. Seules des raisons économiques ont présidé à sa fermeture au début des années 2000. Nous pourrions ainsi décider de re – localiser des emplois – publics ou privés – (maraîchers, arboriculteurs, cuisiniers, chauffeur-livreur, …), de re – cultiver des terres agricoles (dans notre ceinture verte, et ailleurs) et de nourrir, du coup, dans une proportion de plus en plus importante avec une alimentation bio et locale, les 1000 enfants/jour de nos écoles, les résidents de Beausoleil, nos agents municipaux, les bénéficiaires du service de repas de l’OFTA, voire nos crèches

Cette rentrée aurait pu déjà se faire à pied dans certains quartiers, en toute sécurité, aux abords de nos écoles. Cela viendra : il y va de la place que nous voulons laisser à l’enfant dans notre ville.

Nous souhaitons une belle reprise scolaire, sportive et culturelle à tous les animateurs, enseignants et élèves. 

Yvette LATHUILIERE. SainteFoyAVENIR. Citoyenneté. Ecologie. Solidarité 

Tribune libre – Mosaïque n°166 – été 2021

De l’air… de l’air !

En 2019, une étude de l’association Greenpeace sur la qualité de l’air aux abords des crèches et des écoles a révélé des niveaux de pollution inquiétants pour notre commune, principalement liés au trafic routier. Les expositions de nos écoles et crèches aux polluants atmosphériques sont particulièrement importantes dans le centre-bourg, carrefour de nombreux automobilistes fidésiens et extérieurs ; sans compter les problèmes de circulation, de stationnement et de sécurité des enfants lors des entrées et sorties des classes.

Consciente de cet enjeu, la municipalité s’est lancée cette année dans le redémarrage des lignes de Pédibus, initiative que nous saluons mais à laquelle un complément nous parait indispensable. Notre groupe a soumis au vote la proposition d’expérimenter une piétonnisation des abords des écoles fidésiennes quand cela est possible, et à minima, aux horaires d’entrées et sorties des écoliers matin et soir.

Un vœu similaire a été voté à l’unanimité à Oullins, en avril ; aussi nous fûmes surpris de la levée de bouclier de la majorité qui a qualifié notre proposition d’extrémiste !

Évidemment, les situations varient d’une école à l’autre, les solutions doivent donc être étudiées au cas par cas avec les principaux usagers que sont les enfants et leurs parents. Le conseil municipal des jeunes pourrait aussi s’emparer de cette question et faire des propositions. Nous ne souhaitons pas donner des leçons mais, au contraire, mener une action constructive avec tous les élus. Nous partageons le même constat de l’engorgement des axes routiers, nous pensons donc que la question mérite d’être posée au-delà des postures politiciennes et des querelles stériles, comme y est parvenu le conseil municipal d’Oullins.

Nous allons poursuivre notre réflexion en consultant les personnes (parents d’élèves, assistantes maternelles, …) qui fréquentent quotidiennement les abords de nos écoles et sont potentiellement forces de proposition. Vous pouvez compter sur notre diligence : ce vœu finira par se réaliser et rencontrer une volonté citoyenne partagée. Alors citoyennes et citoyens, faites-vous entendre !

Serge REPLUMAZ – SainteFoyAVENIR. Citoyenneté. Ecologie. Solidarité.

Tribune libre – Mosaïque n° 165 – mai/juin 2021

DESCENDRE DU « BALCON VERT » – REFLECHIR ET PRENDRE DE LA HAUTEUR !

Les relations entre la Métropole de Lyon et ses 59 communes sont régies par le pacte de cohérence métropolitain. Cet acte institutionnel négocié définit des modalités de travail et de coopération respectueuses des compétences et de la légitimité de chacun.

Sept axes stratégiques prioritaires constituent le cœur de ce Pacte. Notre municipalité les a balayés d’un revers de la main. Nous avons choisi, au conseil municipal extraordinaire du 12 mars dernier, d’en défendre trois, pour leur intérêt capital : la revalorisation des centres-bourg, les questions d’alimentation locale et saine, et de développement économique. Cependant, la majorité municipale a décidé de rejeter en bloc ce Pacte métropolitain, insatisfaite du mode de gouvernance adopté, ainsi que du montant des enveloppes budgétaires affectées, en autonomie, aux communes et à leur CTM (Conférence territoriale des maires de la circonscription). Nous le déplorons.

Ce pacte appelle un travail de coopération intercommunale cohérent, dans le cadre du projet de territoire que les maires des circonscriptions ont à construire ensemble d’ici l’automne prochain. 

Le positionnement fermé de notre Maire témoigne, encore une fois, d’une volonté de se mettre en scène dans une confrontation systématique, et de principe, avec le nouvel exécutif métropolitain. Exécutif dont elle ne partage pas l’ambition fondamentalement écologique qui préside aux choix de politiques publiques pour répondre aux enjeux climatiques.

La tactique politicienne l’emporte sur le pragmatisme ; la considération politique, sur l’intérêt général ! De ce fourvoiement, Sainte Foy-lès-Lyon ne sortira pas grandie et sera encore montrée du doigt comme la ville arc-boutée sur de vieux réflexes… Appartenir à la Métropole, s’inscrire dans sa dynamique, doit être un atout au service de toutes les fidésiennes et tous les fidésiens. Oui, il faut descendre du « balcon vert », réfléchir et prendre de la hauteur !

Olivier COUPIAC – SainteFoyAVENIR Citoyenneté.Écologie.Solidarité.

Tribune libre – Mosaïque n°164 – mars/avril 2021

Trafic apaisé et responsabilité

Notre époque vit un bouleversement climatique que certaines et certains ne veulent pas voir. Nous devons modifier durablement nos habitudes de vie. Nos politiques doivent
regarder de l’avant, avec le souci de l’intérêt général, nous inciter à d’autres pratiques ; notamment en matière de déplacements.

Aujourd’hui à Ste-Foy-lès-Lyon, malgré une étude de trafic menée sur le secteur de la rue F. Forest par la Métropole de Lyon, dès 2018, nous nous questionnons encore sur le choix de son sens unique. Cette rue étroite, en zone résidentielle, parallèle au Chemin des Fonts dans le quartier de la Plaine, connaissait un trafic à double sens. Suite au passage à sens unique du Chemin des Fonts, en septembre 2019, et malgré son aménagement en rue dite « de rencontre » à 20km/h, la circulation rue F. Forest a explosé.

Les techniciens de la Métropole préconisaient alors un sens unique dans le même sens (Sud – Nord) que celui du Chemin des Fonts pour éviter qu’elle ne devienne le support du trafic de transit. Mme le Maire était opposée à ce choix malgré la pertinence des études et
la réalité vécue par les riverains. A l’automne 2020, la Métropole a accepté une expérimentation du sens unique à contre sens du Chemin des Fonts, et de nouvelles mesures de trafic.

Où en est-on rue F. Forest ? Nous avons posé la question au Conseil Municipal le 4 février. Réponse laconique de Mme le Maire « Nous attendons encore des arbitrages…». Renseignements pris auprès de la Métropole : – les dernières études confirment, une augmentation de trafic incompatible avec la réalité résidentielle de la rue Forest. La Métropole, malgré le désaccord de notre Maire, a décidé de respecter les préconisations des études et de garantir l’apaisement de la rue. Elle fera une information spécifique auprès des riverains.

Oui, notre responsabilité sur la baisse des émissions de Gaz à Effet de Serre est engagée, à Sainte Foy, comme ailleurs. Nous vous invitons à suivre les informations concernant le transport par câble et l’intermodalité, sur notre site http://​saintefoyavenir​.org/ et à vous
mobiliser contre le projet de parking du Clos du Cardinal.

Yvette Lathuilière SainteFoyAVENIR. Citoyenneté.Ecologie.Solidarité.

Tribune libre – Mosaïque n°163- Janvier 2021

Pas de développement durable de notre ville sans concertation citoyenne.

Le seul espace vert naturel public de Ste Foy centre, proche de la résidence Beausoleil pour personnes âgées, mais aussi d’habitations et d’écoles, est aujourd’hui menacé par l’aveuglement obstiné de notre Mairie. En effet, la municipalité est persuadée d’avoir obtenu l’adhésion des fidésiens qui auraient accepté – en votant pour elle lors des élections municipales du 15 mars 2020 – la mise en œuvre d’un parking, tout végétalisé qu’il soit, à la place du dernier espace vert naturel au cœur du bourg : le Clos du Cardinal.

Mais, un grand nombre d’habitants et usagers du Centre ne souhaitent qu’une seule chose : une concertation, avec une vue d’ensemble de leur quartier prenant en compte leurs souhaits pour y vivre bien.

La réponse de l’exécutif ne peut nous satisfaire. La concertation pour conduire une réflexion, avec un ensemble de citoyens, voilà la démarche qui nous paraît indispensable. Permettre, à celles et ceux qui sont directement concernés, d’exercer leur responsabilité et de s’accorder en vue de la construction d’un projet commun, relevant de l’intérêt général.

La fin de non-recevoir de la municipalité, est irrespectueuse de la diversité des opinons fidésiennes. L’identité fidésienne ne signifie pas l’uniformité. Sainte-Foy est une mosaïque, il faut accepter d’écouter aussi celles et ceux qui veulent autre chose qu’un parking au centre de Sainte-Foy, et qui habitent pleinement et activement notre ville.

En cette année 2021, il est temps de mettre en œuvre un « conseil de développement local ». Il faut qu’à Sainte-Foy-lès-Lyon, la démocratie soit exercée avec le plus grand nombre de nos concitoyens. Qu’elle s’exprime d’abord par le respect fondamental du vivant, à travers l’amélioration de nos conditions sanitaires et environnementales. Ainsi, la préservation du Clos du Cardinal serait la première pierre remarquable à l’édifice de cet engagement municipal !

Vous trouverez notre pétition en ligne sur le sujet du Clos du Cardinal, au lien suivant : http://​chng​.it/​Y​b​w​qh4BW

Yvette Lathuilière, Olivier Coupiac, Faïza Mihoubi, Serge Replumaz

www​.saintefoyavenir​.org – saintefoyavenir@gmail.com

Et maintenant, qu’allons-nous faire ?

Tribune libre de Mosaïque de juin 2020

Après une campagne électorale pleine de rebondissements, les élections des maires dans plusieurs grandes villes de France, dont la ville de Lyon, se sont achevées par de nombreuses victoires de l’écologie politique.

Pour la Métropole de Lyon, collectivité qui additionne compétences Grand Lyon et départementales, le nouvel exécutif écologiste de Bruno Bernard va devoir gérer, outre la crise climatique en cours, une crise économique et sociale.

Ce sera une tâche difficile pour tous les élus qui devront gérer deux crises aux temporalités différentes :

• Répondre à la crise sociale en maintenant les objectifs de transition énergétique, de réduction des gaz à effet de serre, de développement des énergies renouvelables.

• Faire face à des dépenses conjoncturelles croissantes, sans négliger les investissements indispensables pour Continuer la lecture de Et maintenant, qu’allons-nous faire ?