Archives par mot-clé : Conseil Municipal

CINQ points saillants du dernier conseil municipal : Jeudi 6 octobre 2022

1) PLAN COMMUNAL DE SAUVEGARDE
Comment pouvons-nous sur la prévention des risques majeurs, émettre un avis sur un document que nous n’avons eu que partiellement ? En effet, seul l’exemple des inondations et seulement sur le niveau 1 (cad 120m3/seconde) est précisé et, avec une cartographie schématique. Nous aimerions connaitre les préconisations sur les vitesses de crues plus importantes (125 et 162m3/seconde), mais aussi connaître les modalités concernant les risques de transport de matières dangereuses, les risques de mouvements de terrains, les risques industriels, météorologiques et nucléaires.
Aucune réponse ce jour, à nos demandes répétées !

2) DÉSAFFECTATION DE L’ÉCOLE HERBINIERE LEBERT
Nous constatons une perte de 200 élèves dans nos écoles en dix ans. Quelles actions ont – elles été mises en place pendant toutes ces années, pour limiter l’hémorragie ? Notre groupe et nos collègues précédemment ont régulièrement proposé une politique pour favoriser le logement des familles modestes et moyennes, pour compenser la perte d’habitants et le vieillissement de la population communale.

3) Signature des marchés de prestation de service d’assurance MARCHE D’ASSURANCE et volet CYBERATTAQUE
En 2021, 54% des entreprises françaises ont été victimes d’au moins une tentative de cyberattaque. C’est aussi le lot des entreprises publiques, dont les collectivités locales. Une collectivité territoriale est attaquée par semaine par une cyberattaque et plus de 200 collectivités ont été attaquées par rançongiciel Le risque de cyberattaque est aujourd’hui très fort et il faut nous interroger sur notre système actuel de protection informatique.

4) Déclaration sans suite de la procédure relative au marché global de performance énergétique pour l’éclairage public urbain et PLAN LUMIÈRE
Quel gâchis d’argent public et quel déception après 3 ans de travail sur ce dossier et un processus de dialogue compétitif entre les quatre entreprises retenues qui semblait prometteur ? Quels défauts dans l’écriture du cahier des charges par l’AMO engagé vous
conduisent-ils à ne pouvoir qu’invoquer de très hypothétiques risques juridiques pour renoncer dans l’immédiat à ce projet ? Qui plus est, en jetant par la fenêtre 16000 fois 4 = 64 000€ HT donc 76 800€ TTC de rémunération des entreprises engagées dans la
procédure. Sans compter les 70 000 € pour payer des travaux de rénovation sur l’exercice, qui auraient dû être réalisés dans le cadre du plan lumière.

5) Vogue de la Sainte-Foy, début octobre. Seuls trois forains auraient cette année demandé et obtenu en temps et en heure l’autorisation d’occuper l’espace public, place Millou ? Que s’est – il vraiment passé pour tous les autres ? Pour les fidésiens, c’est la vogue à la grimace : pas d’attraction de qualité, ni à des prix mesurés, pour les enfants et les adultes. Il va falloir à l’avenir rencontrer à l’avance les forains et discuter courageusement de ces enjeux qualitatifs.

Wei Wei GUO , Faiza Mihoubi, Serge Replumaz, Yvette Lathuilière. SainteFoyAVENIR.

Départ d’Olivier COUPIAC – Élu de SainteFoyAVENIR. Citoyenneté.Écologie.Solidarité.

Le conseiller municipal de SainteFoyAVENIR, Olivier Coupiac, doit quitter la région lyonnaise pour poursuivre un projet de vie. Ces deux années passées au sein du conseil municipal fidésien lui ont inspiré ce constat et cette réflexion dont il a fait part à l’assemblée des élu.e.s, en fin de séance, jeudi 7 juillet 2022.

» Madame le maire, Mmes et Mrs les conseillers municipaux, j’ai une annonce à vous faire : engagé dans un projet d’habitat participatif depuis 2016, celui-ci se concrétise enfin en centre ville de Valence. Je déménagerai de Sainte Foy à la fin du mois et dois donc démissionner de mes responsabilités de conseiller municipal.

Je souhaitais tirer un bref bilan de ces deux ans passés dans cette fonction. Dire que j’ai eu beaucoup de plaisir à assumer cette responsabilité de conseiller d’opposition serait sans doute excessif, le bilan est plus contrasté :

Ce fut certes une expérience riche et passionnante de découvrir les coulisses du fonctionnement d’une commune. La diversité des sujets abordés peut paraître au début vertigineuse, passer de la fiscalité à la culture, des travaux de voirie au social, de l’énergie aux ressources humaines devrait constituer un formidable exercice d’intelligence collective au sein du conseil, grâce notamment à la diversité des sensibilités et des expertises qui y sont représentées. J’ai accepté ce poste de conseiller en pensant consacrer une partie de mon temps libre au service de ma commune, envisageant des désaccords avec la majorité évidemment, mais aussi des points possibles de convergence pour lesquels nous pourrions travailler de concert. Il y eut heureusement de très bonnes relations à titre individuel avec tel ou telle conseiller, je ne les oublierai pas, il y eut aussi le pedibus de L. Chassagne que j’ai eu beaucoup de plaisir à monter avec M. Rodriguez, mais pour lequel j’ai agi en tant qu’individu. 

Malheureusement, le détail qui m’a immédiatement frappé en arrivant est l’extrême politisation du fonctionnement de ce conseil. Est à l’œuvre une logique d’opposition systématique à l’opposition, à toute proposition émanant d’un autre groupe, qu’elle fasse consensus ou non, qu’elle soit d’intérêt général ou non. J’ai fait l’amère expérience d’une mécanique d’écœurement des conseillers d’opposition, je passe sur les moyens qui sont connus de tous. Je me souviens de ma première intervention en 2020 portait sur la nécessaire bienveillance pour faciliter les échanges au sein d’une assemblée délibérative. Au lieu de cela les invectives ont repris de plus belle au fil des conseils, culminant avec l’épisode d’hystérie collective du TPC qui a failli se terminer en bagarre de rue en sortant d’un conseil. Quelle perte d’énergie, quel gaspillage de temps qui finit par occulter notre mission première d’intérêt général et qui interroge sérieusement sur les dérives du pouvoir, même à la toute petite échelle de notre commune.

Et pendant que nous nous chamaillons sur des éléments de langage ou pour obtenir une photocopie en 6 mois, le compte à rebours du réchauffement climatique n’en finit pas de s’égrener. Comme je le rappelais toute à l’heure, la trajectoire de la dernière chance c’est -7% d’émissions par an, l’équivalent d’un Covid, c’est vertigineux, mais dans 5 ans ce sera l’équivalent annuel de l’effondrement de l’union soviétique en 1992, c’est inimaginable. De telles perspectives devraient constituer à mon avis une motivation suffisante pour se mettre au travail. 

Mme Weiwei Guo prendra ma place à la rentrée. De part sa spécialité, je formule le souhait que les mots de la linguiste aient plus de succès que les chiffres de l’ingénieur à vous convaincre de mettre la transition de notre commune, je n’ose pas dire en marche car ce serait plutôt au pas de course.

Pour conclure, Madame le maire, Mmes et Mrs les conseillers municipaux je voudrais vous poser la question que je pose à moi même depuis plusieurs années : nous sommes dans un moment clé pour décider de notre futur et de celui de nos enfants auprès desquels nous devrons rendre des comptes, qu’allons nous répondre lorsque dans 20 ans nos enfants nous demanderont : “en 2022, vous saviez, vous étiez en position d’agir, à titre individuel et à titre collectif, qu’avez vous fait ?” ».

Voir article du Progrès du 10 juillet

Conseil municipal du 31 mars 2022

Nous vous proposons un retour du dernier conseil municipal, qui a eu lieu le jeudi du 31 mars 2022. En voici le résumé :

Point de pleurs ou de cris, de lynchage ou d’invective, le conseil fut pour une fois assez détendu : la période des débat hystériques autour du transport par câble semble derrière nous.

Nous sommes tout d’abord revenus sur l’intervention étonnante de Mme Bazaille au cours du précédent conseil au sujet du règlement local de publicité, dont on vous livre ici tel que reproduit dans le procès-verbal :

« L’écologie politique n’est que la nouvelle forme d’un puissant narcissisme et d’un non moins puissant mépris des classes qui veut nous éduquer en nous dictant ce que nous devons consommer (pas de viande car ce sont les beaufs racistes qui en mangent…), comment nous devons nous déplacer (l’avion, la voiture c’est mal et c’est monsieur GRIVEAUX qui fustige les gens qui fument et roulent au diesel…), comment nous devons penser les nouvelles normes sociales qui promeuvent le wokisme et la cancel culture, idéologies de la déconstruction et bien sûr, qui attaquent les entreprises capitalistes, fleurons du CAC 40. Pour nous, une politique ambitieuse de préservation de l’environnement doit être ancrée sur des réalités et non sur des principes idéologiques ou émotionnels. C’est pourquoi nous donnons un avis défavorable à ce règlement de publicité. » 

Serge Replumaz et Philippe Schmidt s’étaient déjà indignés la dernière fois des grossiers amalgames, nous avons cette fois pointé de manière plus humoristique une « bouillie conceptuelle » en effet très éloignée d’une quelconque idéologie où ne manquait plus que l’islamo – gauchisme pour compléter la famille des pseudos concepts sociologiques développés par les communicants LR.

Douze rapports furent ensuite analysés, nous sommes intervenus sur la plupart dont :

-la mise en place d’une aide financière pour les associations souhaitant acquérir un vélo électrique

– le vote des subventions aux associations, intervention pour évoquer les difficultés de recrutement de l’OFTA et demander quel accompagnement la mairie proposait. Ce qui nous a permis un moment de réflexion stimulant sur la ville « fonctionnelle », qui doit pouvoir loger toutes les populations qui ont à y travailler.

comptes de gestion : intervention désormais rituelle pour dénoncer le report année après année des investissements promis et jamais réalisés sous couvert de rigueur budgétaire. En 2021, moins de la moitié des investissements prévus a été réalisée.

– budget supplémentaire (abstention) : l’augmentation conjoncturelle de 250 000€ des dépenses de gaz fut l’occasion de rappeler l’urgence de réduire notre dépendance aux énergies fossiles. 

Cela fait plusieurs années que nous alertons sur l’incompatibilité avec un développement durable de nos installations de remplacer nos anciennes chaudières à gaz dans nos écoles par des nouvelles. D’autres réponses sont possibles : réseau de chaleur urbain, pompe à chaleur., notamment et rénovation BBC.

Sous couvert de réduction de la dette économique nous laissons filer la dette énergétique : la rénovation du bâti communal en 10 ans demanderait de rénover 3 bâtiments par an pour un budget de 3M€, nous en sommes très, très loin. Il nous a été répondu que ces investissements étant trop lourds à porter pour la commune, la vente d’une partie du bâti communale était envisagée, impliquant une optimisation nécessaire de l’offre de service public.

-vote du taux des deux taxes locales (abstention) : intervention pour rappeler que dans un contexte de disparition progressive des dotations de l’État et de nécessité d’investissements massifs dans la rénovation énergétique des bâtiments communaux, l’augmentation des taxes locales pourrait être un levier à considérer.

Lors des questions diverses, nous avons interrogé sur l’avancement du projet d’aménagement paysager du Clos du Cardinal. Une concertation, organisée par l’entreprise de maîtrise d’œuvre (Equinoxe, Vaugneray) qui prévoit la mise en place de trois collèges de cinq personnes (habitants, associations et élus) débutera le 23 mai prochain.

Puis, les détails de l’envoi d’un camion de matériel de première nécessité, collecté auprès des fidésiens, à la frontière ukrainienne nous furent présentés, pour terminer sur un point de situation des quelques familles ukrainiennes hébergées à Ste Foy.

Pour finir, nous sommes intervenus pour redemander la nécessaire concertation avec tous les élus sur létude stratégique du patrimoine communal, re – promise en ce début de mandat, et qui deux ans plus tard n’a pas encore été engagée !!!

Les élu.e.s de SainteFoyAVENIR

Tribune Libre – MOSAÏQUE n° 169 – Janvier 2022

La majorité, marcherait-elle sur la tête ?

On peut se poser cette question. Obnubilée par la communication agressive tous azimuts, contre le transport par câble qui permettrait pourtant à nombre d’habitants de limiter l’usage de leur voiture, notre Maire ne se préoccupe plus de ses promesses électorales.

Rénovation urbaine du centre – bourg ? Lancement de la concertation publique annoncée pour l’automne 2020 ? Transformation et embellissement des places X. Ricard et de l’église ? du Clos du Cardinal, dernier espace vert public du centre ? Rien !

– Site de l’ancienne école Chantegrillet. Projet HQE mixant logements intergénérationnels, espaces végétalisés, nouvelle aire de jeux et nouvelle salle L. Paul ? Rien, depuis juin 2019, quand de nombreux habitants du quartier ont participé à la concertation.

– Rénovation du gymnase Barlet. Aujourd’hui, des travaux a minima pour héberger la Police Municipale, alors que nous savons que c’est, sans doute, le bâtiment communal le plus énergivore ?

– Site de l’ancienne piscine, désespérément vide ! On entend parler d’un mix culture, social et sport ? Là aussi, rien n’est dit en commission.

Et la mise aux normes pour l’accessibilité aux personnes à mobilité réduite de tous les bâtiments communaux n’avance pas, alors que des dates butoirs nous obligent !

Il faut se remettre sérieusement au travail ! L’année 2022 sera décisive pour choisir un accompagnement efficace de la transition écologique et solidaire de notre pays, la plus respectueuse de tous et toutes, face à l’urgence climatique.

Nous vous souhaitons de belles fêtes de fin d’année, riches de convivialité et de partages !

Faïza Mihoubi, Conseillère Municipale, Groupe SainteFoyAVENIR.

LE REFERENDUM SUR LE TRANSPORT PAR CÂBLE EST-IL LÉGAL ?

Les quatre élus de SainteFoyAVENIR interpellent Madame le Maire, Véronique Sarselli et les membres du Conseil Municipal sur cette question en leur adressant ce jour le courrier qui suit :

à Véronique Sarselli, Maire de Ste Foy-lès-Lyon 
et à l’ensemble du conseil municipal.

Objet : Non conformité à la loi concernant l’organisation d’un référendum local consultatif.

Nous vous interpellons aujourd’hui après l’annonce faite le 21 octobre dernier, à la fin du conseil municipal, d’organiser une consultation de la population le dimanche 28 novembre 2021, pour approuver, ou non, le projet de transport par câble soumis à concertation par le Sytral. Cette annonce vous l’avez faite sans proposer de délibération préalable inscrite à l’ordre du jour de notre assemblée. Il nous apparaît que votre démarche ne respecte pas les articles L112-15 à L112-23 du code général des collectivités territoriales.

A savoir : – C’est après délibération inscrite à l’ordre du jour de l’assemblée municipale que cette décision aurait pu être prise. Cf. notamment article L112-17 :

L’assemblée délibérante de la collectivité territoriale arrête le principe et les modalités d’organisation de la consultation. Sa délibération indique expressément que cette consultation n’est qu’une demande d’avis. Elle fixe le jour du scrutin et convoque les électeurs. Elle est transmise deux mois au moins avant la date du scrutin au représentant de l’État. Si celui-ci l’estime illégale, il dispose d’un délai de dix jours à compter de sa réception pour la déférer au tribunal administratif. Il peut assortir son recours d’une demande de suspension.

En conséquence, nous vous demandons quels sont les textes réglementaires qui président à votre décision puisque la procédure légale inscrite au CGCT ne l’autorise pas et que, d’autre part, compte tenu de la date du conseil de ce mois d’octobre (portée au 21 octobre), moins des deux mois requis pour l’information du Préfet, ou son représentant, sépare cette date de celle envisagée pour ce référendum, le 28 novembre.

Dans l’attente de connaître votre réponse.

Olivier Coupiac. Faiza Mihoubi. Serge Replumaz et Yvette Lathuilière.

Tribune libre -MOSAÏQUE n°168 – novembre/décembre 2021

PROJET DE TRANSPORT PAR CÂBLE URBAIN À L’HEURE DE LA CONCERTATION 

Depuis janvier 2021, notre maire et les opposants au projet de transport par câble (TPC) occupent le terrain médiatique et l’espace public. Beaucoup de bruits donc, mais les arguments avancés sont – ils sérieux ?

Plusieurs affichages sauvages dénoncent ce mode de transport en précisant qu’il est « laid, bruyant, cher , inadapté » : Quatre arguments très discutables.

La laideur : ce n’est pas un critère objectif, ça se discute ; l’argument a été utilisé contre la tour Eiffel, ou le centre Beaubourg, en leur temps. Le bruit : allez voir les transports par câble en cours de réalisation, ailleurs en France (Toulouse, Créteil, St Denis de la Réunion), ou dans le monde ; ils sont peu, très peu bruyants. Le coût : là, c’est un sommet ! même rapporté au nombre de voyageurs, son coût est le plus bas de toutes les infrastructures de transports possibles (plus d’un milliard de moins qu’un nouveau métro qui ne sera prêt qu’en 2035). Son inadaptation : connaissez- vous d’autres modes de transport qui permettent de franchir agréablement et rapidement des rivières (Ici, La Saône et l’Yzeron) et des collines ?

Nous n’avons pas voulu nous prononcer sur ce projet avant la concertation qui va commencer mi-novembre. Nous pensons que l’argument le plus opposable à ce projet en zone urbaine dense, est celui du survol ou de la proximité de nos habitations. Celui-là est un argument majeur, propre à déchaîner les passions ! Mais, il faut savoir raison garder : travaillons ensemble à permettre une concertation de qualité où pourront s’exprimer tous les arguments sur les impacts et les avantages de ce mode de transport. L’enjeu est de faire, en responsabilité, un choix éclairé, en considérant l’intérêt général, les besoins de déplacements sur notre secteur et la nécessité de diminuer nos émissions de polluants atmosphériques. 

Serge REPLUMAZ – SainteFoyAVENIR. Citoyenneté. Ecologie. Solidarité.

Tribune libre – Mosaïque n°163- Janvier 2021

Pas de développement durable de notre ville sans concertation citoyenne.

Le seul espace vert naturel public de Ste Foy centre, proche de la résidence Beausoleil pour personnes âgées, mais aussi d’habitations et d’écoles, est aujourd’hui menacé par l’aveuglement obstiné de notre Mairie. En effet, la municipalité est persuadée d’avoir obtenu l’adhésion des fidésiens qui auraient accepté – en votant pour elle lors des élections municipales du 15 mars 2020 – la mise en œuvre d’un parking, tout végétalisé qu’il soit, à la place du dernier espace vert naturel au cœur du bourg : le Clos du Cardinal.

Mais, un grand nombre d’habitants et usagers du Centre ne souhaitent qu’une seule chose : une concertation, avec une vue d’ensemble de leur quartier prenant en compte leurs souhaits pour y vivre bien.

La réponse de l’exécutif ne peut nous satisfaire. La concertation pour conduire une réflexion, avec un ensemble de citoyens, voilà la démarche qui nous paraît indispensable. Permettre, à celles et ceux qui sont directement concernés, d’exercer leur responsabilité et de s’accorder en vue de la construction d’un projet commun, relevant de l’intérêt général.

La fin de non-recevoir de la municipalité, est irrespectueuse de la diversité des opinons fidésiennes. L’identité fidésienne ne signifie pas l’uniformité. Sainte-Foy est une mosaïque, il faut accepter d’écouter aussi celles et ceux qui veulent autre chose qu’un parking au centre de Sainte-Foy, et qui habitent pleinement et activement notre ville.

En cette année 2021, il est temps de mettre en œuvre un « conseil de développement local ». Il faut qu’à Sainte-Foy-lès-Lyon, la démocratie soit exercée avec le plus grand nombre de nos concitoyens. Qu’elle s’exprime d’abord par le respect fondamental du vivant, à travers l’amélioration de nos conditions sanitaires et environnementales. Ainsi, la préservation du Clos du Cardinal serait la première pierre remarquable à l’édifice de cet engagement municipal !

Vous trouverez notre pétition en ligne sur le sujet du Clos du Cardinal, au lien suivant : http://​chng​.it/​Y​b​w​qh4BW

Yvette Lathuilière, Olivier Coupiac, Faïza Mihoubi, Serge Replumaz

www​.saintefoyavenir​.org – saintefoyavenir@gmail.com

Conseil municipal du 1er octobre 2020

Circulation : quartier La Plaine — Chantegrillet — rue du Commandant Charcot.

Lors de cette séance, nous avons abordé, au moment des questions diverses, la problématique de la rue François Forest. Sujet sensible depuis plusieurs décennies. Face à l’encombrement et à la dangerosité de la circulation dans cette rue, particulièrement aux heures de pointe, les habitants ont récemment interpellé la Métropole qui est intervenue en concertation avec la mairie.
Le chemin des Fonts est à sens unique depuis septembre 2019 et la rue Forest, restée à double sens, passe à son tour en sens unique et, pour une période d’expérimentation, à contresens l’une de l’autre.

Situation à suivre : nous pensons en effet que pour apaiser le trafic sur l’îlot Chemin des Fonts – rue François Forest, il aurait fallu mettre ces deux rues parallèles dans le même sens de circulation. Nous disposerons d’ici à six semaines d’un retour sur cette expérimentation.

Nous sommes nombreux, habitants de Sainte-Foy-lès-Lyon, à être confrontés non seulement à la pollution atmosphérique mais aussi à la pollution sonore du trafic automobile à certaines heures de la journée. Les limitations de vitesse ne sont clairement pas respectées sur certaines zones. Nous proposons le passage de toute la commune à 30 km/h et non plus seulement sur certains quartiers. La voiture individuelle, malgré les dénivelés à Sainte-Foy-lès-Lyon, ne peut rester aujourd’hui le moyen de transport principal

Il faut instaurer un travail continu avec le Sytral et être force de propositions : renforcer la cadence des horaires des bus (en soirée et week-end) ; demander une navette électrique les matins de marché ; installer des stations pour stocker les vélos, des bornes de recharge pour les véhicules électriques et développer des aires de covoiturage et d’autopartage ; piétonnisation des rues (exemple, aux abords des écoles et la Grande Rue du Centre-bourg). 

Cadre de vie : Le Clos du Cardinal

Nous avons voté contre le rapport concernant les modifications budgétaires et plus particulièrement sur l’aménagement du Clos du Cardinal. Nous refusons la transformation d’un espace vert en parking, et trouvons que ce projet n’a pas lieu d’exister. Alors que dans toutes les villes, la tendance est à lutter contre les niveaux alarmants de pollution de l’air et au retour du végétal, comme réponse aux vagues de chaleur, ce projet d’un autre temps est en décalage complet, avec le mode de vie souhaité par nos concitoyens. 

En outre, aucune enquête sérieuse n’indique le caractère d’urgence à créer un parking sur cet espace. La rotation des véhicules est largement suffisante sur le centre-bourg (près de 600 places de parking). Le projet dénaturerait ce centre historique et accentuerait le trafic sur une zone qui est déjà bien polluée. Cet espace est une source d’oxygène et un îlot de fraîcheur pour tous les riverains soucieux de protéger et conserver la qualité de leur cadre de vie. Il permet aussi à tous de bénéficier d’un écrin de nature pendant les canicules, comme cela a été le cas tout l’été. 

Nous avons redit notre attente d’une concertation promise par madame le maire avec les habitants et les commerçants du Centre concernant ce projet contre nature et, plus globalement, le réaménagement des places de l’église et Xavier Ricard. 

Caméras de vidéosurveillance

Nous souhaitons un nouvel audit suite à l’installation de nouvelles caméras ces derniers mois. Sainte-Foy-Lès-Lyon a été, récemment, le théâtre d’une montée d’une violence préoccupante : plusieurs véhicules ont été brûlés au Clos du Cardinal, au parc du Brûlet, un incendie dans le quartier Chavril et la devanture d’un commerce dégradée par des tags racistes ; sans parler plus récemment, d’un incendie qui s’est déclaré, à proximité d’une crèche. 

Nous attendons de l’audace, plus de transparence, et de la volonté de la part de la majorité et continuerons à travailler de manière efficace pour vous représenter.

Nous vous donnons rendez-vous début novembre pour le deuxième numéro de La Feuille Fidésienne, nouvelle alternative pour vous informer sur notre commune.

Conseil municipal du 01.10.2020 : Information sur la désinformation

Réactions de notre groupe SainteFoyAVENIR après la lecture de l’article de la correspondante du quotidien Le Progrès, ce samedi 3 octobre, rendant compte des travaux du dernier conseil municipal : jeudi 1er octobre 2020.

Cet article, signé Françoise Buffière, en page locale du journal, une fois encore — nous le déplorons — ne fait état que d’un compte rendu très partiel et somme toute partial, ne rendant pas compte du travail de l’opposition et de ses propositions.

Soyons factuels et relevons les erreurs et les omissions dans cette publication :

1. D’abord le conseil ne s’est pas tenu lundi dernier, mais jeudi.

2. « Les rapports ont tous été votés à l’unanimité « : Ceci est faux. Nous avons voté « Contre » le rapport 10, sur la décision budgétaire modificative qui acte, entre autre, l’engagement de 45 000 euros pour étudier « l’aménagement paysager du Clos du Cardinal ».

Des formulations qui ne sont pas claires concernant :

3. L’augmentation des dépenses représente globalement un montant de 107 366 €, dont 75 000 € de dépenses pour l’achat de fournitures de protection (masques, gel, lingettes, contenants, etc…).

4. La prime exceptionnelle pour les agents municipaux particulièrement mobilisés pendant le confinement (du 17 mars au 10 mai). Mme Buffière fait été d’un budget de 75 000€ alors qu’il n’est en fait que de 45 000€.

5. La politique municipale en matière de logements sociaux. Bien sûr, rien n’est dit sur le rôle prééminent de La Métropole qui a préempté l’immeuble place C. Tisseur (au-dessus du fleuriste) où seront créés trois logements T2/PLAI pour les plus modestes dans le cadre de la rénovation complète de l’immeuble.

6. Le projet immobilier 100 % logements sociaux avenue Foch, décidé lors du précédent mandat, sous pression préfectorale dans le cadre de la carence suivie par le Préfet, depuis décembre 2018.

L’article indique que « le budget sera renforcé pour le patrimoine vert, comme pour le patrimoine historique avec la valorisation de l’Aqueduc de Beaunant« . En fait aucun rapport du Conseil Municipal n’a fait l’objet d’un exposé pour renforcer le budget alloué au patrimoine vert ! Seule la poursuite de la valorisation de l’Aqueduc du Gier à Beaunant a été actée.

Enfin, rien n’est dit sur les questions diverses soulevées notamment par les élu.e.s de SainteFoyAVENIR. Or une bonne partie du temps de ce conseil a été consacré aux échanges entre Serge Replumaz et Véronique Sarselli sur le sujet de la mise en sens unique de la rue François Forest qui doit avoir lieu dans les prochains jours. Ceci aurait nécessiter quelques lignes dans ce compte-rendu pour indiquer qu’un travail partenarial va être mené par les élus communaux et les élus métropolitains pour tenter d’apporter une réponse la plus pertinente sur le traitement de ce secteur qui va nécessiter de repenser plus largement les sens de circulations. L’article aurait pu aussi rendre compte de la proposition du Groupe SainteFoyAVENIR de passer l’ensemble du territoire communal en « zone 30 » pour apaiser la circulation et se donner les moyens de faire baisser les vitesses sur de nombreux secteurs de la ville dont le Chemin de Chantegrillet.

Rien n’a été dit non plus sur la seconde question diverse portée par notre Groupe, sur le lancement annoncé, mais non encore effectif d’une concertation publique sur le réaménagement du Centre-bourg. En effet, ce quartier attend une réhabilitation depuis au moins deux mandats. Aujourd’hui, les circulations et les stationnements sont pléthoriques et anarchiques, et la qualité de l’air est mauvaise aux abords des écoles privées et publiques du centre. L’amélioration de la qualité de gestion de l’espace public en centre-bourg est nécessaire, en associant au plus tôt les habitants, commerçants et travailler ensuite efficacement avec les services de la Métropole. La seule réponse de Mme le Maire sur ce point est que cette concertation arrivera en son temps en restant dans un vague le plus total.

Tout est fait pour « invisibiliser » l’opposition. Mais ce n’est pas une posture démocratique et nous savons que des Fidésiens comptent sur nous pour défendre leur cadre de vie. Nous serons de plus en plus nombreux ; n’en doutons pas. La transition écologique est en cours et nous en sommes des acteurs lucides majeurs sur notre territoire. 

Yvette Lathuilière

Et maintenant, qu’allons-nous faire ?

Tribune libre de Mosaïque de juin 2020

Après une campagne électorale pleine de rebondissements, les élections des maires dans plusieurs grandes villes de France, dont la ville de Lyon, se sont achevées par de nombreuses victoires de l’écologie politique.

Pour la Métropole de Lyon, collectivité qui additionne compétences Grand Lyon et départementales, le nouvel exécutif écologiste de Bruno Bernard va devoir gérer, outre la crise climatique en cours, une crise économique et sociale.

Ce sera une tâche difficile pour tous les élus qui devront gérer deux crises aux temporalités différentes :

• Répondre à la crise sociale en maintenant les objectifs de transition énergétique, de réduction des gaz à effet de serre, de développement des énergies renouvelables.

• Faire face à des dépenses conjoncturelles croissantes, sans négliger les investissements indispensables pour Continuer la lecture de Et maintenant, qu’allons-nous faire ?